Comment faire une mare chez soi ?

Vous souhaitez installer une mare naturelle chez vous ?

C’est une excellente idée, mais le souci est que vous avez maintenant plein de nouvelles questions en tête comme : quelle taille va faire ma mare ? Où est-ce que je vais la placer ? etc.

Pour vous inspirer et répondre à vos interrogations, nous sommes retournés voir notre ami Gilles Leblais qui est photographe nature et ornithologue.

Il est spécialiste des mares naturelles et de ses habitants.

Il a notamment écrit plusieurs livres sur le sujet que vous retrouverez en bas de cet article et qui sont richement illustrés par ses photos.

Il a créé 9 mares chez lui de toutes les tailles dont certaines sont collées à la maison !

Bref, c’est un véritable showroom à ciel ouvert, pour les amoureux de la vie sauvage que nous sommes !

Autant vous dire que c’est la bonne personne pour vous inspirer dans votre projet de mare.

En plus, leurs différentes tailles et les matériaux utilisés pour leurs aménagements les rendent réalisables facilement par tous et dans tous les jardins, même les plus petits !

C’est parti pour la visite des 9 mares réalisées par Gilles dans son jardin !

Si vous ne visualisez pas notre vidéo sur cette page, 3 solutions :
acceptez les cookies 
• vérifiez les paramètres de sécurité de navigateur
• la visionner sur notre chaîne Youtube

Formation sur site « Créer sa mare naturelle »

👉 Si vous voulez apprendre à créer une mare naturelle en expérimentant concrètement tout le processus de la réflexion jusqu’à l’action, découvrez notre stage de 3 jours « Créer une mare naturelle ».

Prévenez-moi dès l’ouverture des inscriptions !

Ci-dessous retranscription de la vidéo

Même une petite mare ou point d’eau est utile au jardin

Même un petit point d’eau va être une zone de fraîcheur qui peut attirer une espèce !

Ça peut être un batracien, j’ai également des larves de libellule à l’intérieur, il peut y avoir plein de choses qui peuvent venir.

Ça peut être un coin où certains oiseaux vont venir s’abreuver, un coin de fraîcheur pour certains insectes, je pense notamment à des mille-pattes…

Il va y avoir aussi des petites plantes aquatiques qui vont se mettre en place comme la capillaire des murailles (Asplenium trichomanes) qui est une petite fougère aimant l’humidité et les côtés un peu ombrés. Ici, elle sera à sa place.

Les mousses, certains lichens aussi, les fougères donc le coin est agrémenté, va satisfaire peut-être moins d’espèces, mais il aura son rôle à jouer et ça, c’est important.

Donc ce n’est pas la grandeur qui importe le plus… si c’est plus grand, il y aura plus de choses, mais un petit point d’eau peut amener aussi son lot de visiteurs intéressants !

Exemple 1, le mini plan d’eau et son utilité au jardin

Mini mare naturelle formée avec des roches.
Tout petit point d’eau formé avec des roches, inspiré des ornières naturelles en forêt, une mini mare naturelle facile à créer.

Je vais vous faire la visite de tous ces points d’eau en commençant par le premier qui est là, à côté de moi, qui est un tout petit plan d’eau en fait.

On parle de mare naturelle, mais ça peut être petit.

À un moment ou l’autre, ça aura un intérêt et celui-ci, il a eu un intérêt dès le départ.

Je me suis inspiré de ce que j’ai pu voir, notamment dans les ornières en forêt, et je savais que ça pouvait attirer des choses et ça a fonctionné ici !

Donc ce petit point d’eau, c’est tout simple : je l’ai mis avec quelques roches. Il n’avait pas du tout le même aspect il y a 15 ans en arrière, quand je l’ai mis en place.

Il a eu son rôle pendant 2-3 ans puisqu’un colonisateur chez les batraciens qui est le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), un petit crapaud gros comme mon pouce, y a élu domicile et se reproduisait dans ce petit point d’eau.

Accouplement de crapauds sonneurs à ventre jaune au bord d’une petite mare.
Accouplement de crapauds sonneurs à ventre jaune au bord d’une des petites mares naturelles chez Gilles. ©Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Exemple 2, créer une petite mare naturelle sans bâche, en recyclant un bac à sable

Autre exemple, c’est le deuxième point d’eau que j’ai mis en place dans mon jardin celui-ci.

C’est un petit, je me suis inspiré de ce que je voyais dans la nature pour l’agencement, comme un petit point d’eau en forêt, dans un bois, qui peut servir à de nombreux oiseaux pour venir boire, des libellules viennent dessus.

Mes premières grenouilles sont venues se reproduire ici, notamment la grenouille rousse (Rana temporaria).

Petite mare en zone boisée.
Bac à sable recyclé en petit point d’eau en zone boisée, aménagé de façon à s’insérer harmonieusement dans le milieu naturel.

Et j’ai recyclé l’ancien bac à sable de mes enfants.

Il fait 25 cm de profondeur, c’est juste un petit point d’eau, mais il a son lot de visiteurs et son rôle à jouer également dans le jardin.

Exemple 3, le petit point d’eau en zone boisée à partir d’un vieil évier recyclé

Pour compléter les deux points d’eau d’avant, encore un autre exemple de petit point d’eau, mais qui peut avoir son utilité.

Là, on est dans une des parties boisées du jardin, un peu comme une mini résurgence et pour jouer dans cette optique-là, j’ai simplement recyclé un vieil évier.

J’ai mis un petit bout de liner dedans pour ne pas avoir le côté blanc en fait.

Et puis, j’ai agrémenté de pierres autour.

Mini mare en zone boisée entourée de pierres et de bois mort.
Vieil évier tapissé d’une bâche noire et bordé de pierres et de bois mort pour former un petit point d’eau en zone boisée, attracteur d’une belle biodiversité.

Alors, ce qui est intéressant, c’est que si jamais j’avais à nouveau la visite de crapauds sonneurs à ventre jaune, ils pourraient très bien coloniser ce genre de petit point d’eau qu’ils adorent !

Là, entre autres, je permets à tous les oiseaux, du type forestier qui sont dans mon jardin, de venir s’abreuver et entre autres, des plus gros comme le geai des chênes (Garrulus glandarius) et le pigeon ramier (Columba palumbus), ils vont venir boire à ce point d’eau.

De par mes observations nocturnes et avec les pièges photo, je sais que j’ai de la fouine (Martes foina) aussi qui vient boire.

Ça n’empêche pas que j’ai notamment des tritons : le triton alpestre (Ichthyosaura alpestris) qui vient se reproduire dedans.

Et j’ai également des libellules qui viennent pondre et donc il y a des larves également dedans.

Donc voilà un tout petit point d’eau tout simple à faire.

Vous avez un petit jardin, on n’est pas dans de grandes mares naturelles, on est plus dans des points d’eau, mais le fonctionnement est exactement le même.

Et puis, je précise bien que tous les points d’eau, toutes les mares naturelles que j’ai mis en place dans mon jardin, sont alimentés par de l’eau de pluie.

C’est que l’eau de pluie qui fait ça, et malgré la canicule, comme il était dans le milieu arboré, ce point d’eau ne s’est pas asséché l’été dernier.

Exemple 4, faire une petite mare naturelle à partir d’un bac préformé

Alors là, on est dans le dévidoir de ma plus grande mare.

Il y a un petit canal qui passe sur les pierres et de l’eau vient s’écouler ici.

Petite mare faite avec un bassin préformé, accueillant des plantes aquatiques et une belle biodiversité animale.
Petite mare accueillant des plantes aquatiques et une belle biodiversité, faite avec un bassin préformé, installé le long du dévidoir d’une plus grande mare.

C’est une toute petite mare naturelle qui fait 40 à 45 cm au maximum au niveau profondeur.

Ça peut être une pouponnière à jeunes plantes aquatiques, donc comparée aux exemples précédents, là forcément, je commence à mettre des plantes aquatiques à l’intérieur.

C’est parfait pour le sonneur à ventre jaune dont on parlait, pour l’alyte accoucheur (Alytes obstetricans).

Ça peut être bien aussi pour les salamandres et puis certains tritons aussi qui viennent se reproduire.

Il peut y avoir également des insectes aquatiques, des limnées gastéropodes aussi.

Donc on commence à avoir un peu plus de biodiversité et on est dans un petit aménagement qui pourrait être, dans le même style, près d’une fontaine.

Si quelqu’un possède une fontaine ou une petite source, ça peut être un petit genre à aménager qui attirera son lot de visiteurs, entre autres, des oiseaux qui viennent se baigner ou qui viennent boire, des mammifères également, je pense à l’écureuil, ça pourrait être le hérisson aussi.

Composition de plusieurs photos de faune sauvage attirée par une mare naturelle : hérisson, écureuil, mésanges, geai des chênes, grenouilles, tritons, salamandres, libellules demoiselles, gerris
Exemples de faune sauvage pouvant rapidement revenir dans votre jardin en permaculture grâce à une petite mare naturelle : des petits mammifères comme le hérisson, l’écureuil, des oiseaux comme les mésanges, le geai des chênes, des amphibiens comme les grenouilles, les tritons, les salamandres, de nombreux insectes comme les demoiselles, les gerris, etc.

La seule différence par rapport à d’autres mares, puisque je ne suis pas sur un sol argileux, c’est que celle-ci est faite d’un bassin préformé.

C’est différent d’un liner, en fait, à mettre en place, mais c’est solide et ça peut rester à vie quasiment.

Nombreux sont les oiseaux qui viennent y boire.

C’est toujours intéressant de placer ce genre de petite mare naturelle, ne serait-ce que pour certaines espèces d’amphibiens.

J’ai parlé du sonneur notamment, qui sont des colonisateurs, mais dès qu’il y a trop d’autres amphibiens, notamment les grenouilles, ils préfèrent s’isoler.

Donc, au cas où il reviendrait dans mon jardin, ce qui peut arriver, ce sera un des coins qu’il choisira en priorité.

Exemple 5, la petite mare naturelle dans un coin sauvage proche de la maison

Plus proche de la maison, un petit coin sauvage.

Ici, j’ai créé une mini zone humide, vraiment au pas de la porte.

Un espace où je vais très rarement, je laisse le système s’installer, je prélève de temps en temps, mais le minimum en fait.

Petite mare naturelle réalisée avec un bassin préformé.
Petite mare naturelle réalisée avec un bassin préformé et laissée la plus sauvage possible, quasiment sans intervention humaine.

Et donc voilà un petit point d’eau créé là encore avec un bassin préformé et alimenté uniquement avec de la récupération de l’eau de pluie comme tous les autres.

Les amphibiens sont là, les insectes aquatiques, la biodiversité, les plantes, des petits bosquets, un peu de friches… ce petit coin sauvage, c’est un exemple de ce qu’on peut faire même avec un petit terrain !

On veut laisser du sauvage, profiter et protéger cette biodiversité. Voilà un exemple de réalisation idéale !

Exemple 6, création d’une petite mare naturelle juste à côté de la maison

Un autre exemple, encore plus au pas de ma porte, sous la fenêtre du salon.

Petite mare naturelle installée juste à côté d’une maison.
Mare naturelle creusée juste sous la fenêtre du salon de la maison de Gilles : un endroit idéal pour observer en toute discrétion les bains d’oiseaux et autres spectacles offerts par la faune sauvage, au pas de sa porte.

Cela montre que je n’ai pas peur des moustiques, puisque je sais, de toute façon, qu’il y aura les prédateurs pour les réguler

C’est tout simple et ça permet, entre autres, d’observer de sa maison tout ce qui va être, par exemple, les bains d’oiseaux, c’est magique.

Ça amène une fraîcheur aussi.

Par rapport à d’autres mares dans le jardin, comme le soleil se lève à l’Est, c’est une mare qui voit le soleil plus tard dans la journée donc qui reste plus à l’ombre, notamment toute la matinée en fait.

C’est intéressant aussi, parce que je vois quelle évolution il peut y avoir entre mes différents points d’eau suivant leur exposition.

Donc j’encourage les gens à mettre des points d’eau jusqu’au pas de leur porte, ce sera toujours magique et magnifique !

Les 3 plus grandes mares naturelles reliées en cascades

Alors là, on est sur les plus grandes mares dans mon jardin Paradis.

Donc une première mare plus ombragée.

Mare naturelle à un emplacement assez ombragé au milieu d’arbres dans un jardin en permaculture.
La plus petite des trois plus grandes mares naturelles réalisées par Gilles se trouve à un emplacement assez ombragé.

Puis, en fait, j’ai voulu faire comme un lit de rivière, un effet de cascade qui tombe sur une deuxième un peu plus loin.

Il y a ensuite un petit pont avec un petit bassin en dessous qui relie la deuxième mare à la troisième, la plus grande qui est là-bas.

Donc suivant l’endroit où l’on est dans le jardin, on a une vision différente de ces trois mares, mais elles sont toutes liées intimement, ne serait-ce que par la biodiversité.

J’ai accentué le lien entre ces mares en créant un petit muret de pierre qui va même finir de ceinturer cette mare-là.

Cette deuxième mare est liée avec le petit point d’eau très marécageux qui est sous le pont et qui, à nouveau, passe sur la plus grande qui est là-bas.

Vue aérienne sur 2 grandes mares naturelles dans un jardin en permaculture.
Les deux plus grandes mares naturelles créées par Gilles sont dans un espace plus ouvert. Elles se voient donc très bien du ciel et attirent notamment de nombreux oiseaux !

Et quand on est de l’autre côté, on s’aperçoit que les mares sont à des niveaux différents, ce qui est intéressant visuellement, mais qui me permet d’avoir une continuité dans l’intégration de mes zones humides.

Et quand on le voit du ciel, je pense à des oiseaux par exemple, l’attraction est immédiate !

Il ne faut pas oublier que les mares sont le reflet du ciel.

Construire des mares naturelles dans son jardin pour protéger la biodiversité

Vous avez vu plusieurs points d’eau dans mon jardin, tous de tailles différentes, aménagés différemment, mais toujours à l’image de la nature avec ce lien profond pour attirer et protéger cette biodiversité, protéger ces zones humides jusqu’au pas de notre porte.

Libellule déprimée sur un iris aquatique en bord de mare naturelle avec des nénuphars.
Créer des mares naturelles est essentiel pour la biodiversité, mais aussi pour nous, les humains, en nous offrant de la fraîcheur en été et des spectacles naturels de toute beauté. ©Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

La mare naturelle est le système idéal pour ce faire et je vous invite cordialement et vivement à faire la même chose dans votre jardin pour protéger cette biodiversité et limiter aussi, avec le climat, les différences de température qu’on peut avoir !

Les mares naturelles sont là pour remplir ces rôles au pas de nos portes !

Vous lancer concrètement dans la création de votre mare naturelle

Pour vous aider à vous lancer sereinement dans votre projet de mare naturelle, retrouvez ci-dessous différents liens qui vous permettront de peaufiner votre projet et d’en savoir plus sur la création en elle-même et la biodiversité qu’elles attireront chez vous.

Livre « J’aménage ma mare naturelle ».
Découvrez notre article sur le livre de Gilles Leblais « J’aménage ma mare naturelle »

Livre « J’aménage ma mare naturelle » de Gilles Leblais

J’aménage ma mare naturelle

Gilles Leblais

Édition Terre Vivante

Environ 12 €

Amazon     FNAC     Decitre     Unithèque

Livre « La vie secrète de ma mare ».
Découvrez notre article sur le livre de Gilles Leblais « La vie secrète de ma mare »

La vie secrète de ma mare

J’observe la nature à fleur d’eau

Livre de Gilles Leblais

Éditions Terre Vivante

Environ 14 €

Amazon Decitre Fnac Unithèque

Formation sur site :

Vous voulez maîtriser théorie et pratique avant de passer à l’action chez vous ?
Si participer à un stage sur site pour apprendre à créer une mare naturelle sans faire d’erreur, vous intéresse, inscrivez-vous ci-dessous.

Formation vidéo en ligne :

Vous avez un projet en permaculture global dans lequel les mares naturelles auront toute leur place voire même un grand rôle à jouer ?

Dans ce cas, pour :

  • peaufiner votre projet global selon vos objectifs et votre contexte unique,
  • bien placer vos mares sur votre terrain,
  • maximiser les synergies avec les autres éléments de votre projet,
  • obtenir un lieu résilient et durable

Vous avez tout à gagner à concevoir votre jardin dans sa globalité en faisant votre propre design de permaculture.

Pour avoir une méthode facile à suivre qui vous guide à chaque étape de votre design, faites confiance à notre formation en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! »