Un composteur à faire soi-même, peu cher et efficace…

4

Qui n’a pas croisé ces fameux bidons d’huile de 200l au bord des routes, ou un peu partout…Après avoir vu qu’il était possible de les utiliser pour fabriquer un poêle de masse : le rocket-stove, on trouve ici une autre utilisation très intéressante!

Le processus menant à la réalisation d’un compost de grande qualité, est « aérobie », c’est à dire que pour les développement optimal des bactéries qui sont nos alliées dans ce travail, le compost doit être aéré régulièrement.

Retourner le tas de compost régulièrement peut paraitre fastidieux et pour certaines personnes, difficile. Je pense notamment aux personnes un peu plus agées ou soufrant de certaines pathologies. Avec ce type de réalisation, le compost est aéré très facilement et l’énergie nécessaire à la fabrication ou à l’utilisation, est réduite. Un principe de permaculture récurrent : faire le moins d’effort énergétique pour obtenir un maximum de résultats!

Pour ce travail, vous avez besoin :

  • De morceaux de bois recyclés (piquets, ou autre…) ou coupés dans votre zone 3 ou 4
  • Deux barils d’huile (un pour contenir le compost et le deuxième pour fabriquer la porte, plus large)
  • Des charnières maison, ici fabriquées avec des chutes de tôles ondulées issues de toitures d’abris

L’essentiel étant l’idée, les plus bricoleur d’entre vous trouveront d’autres ingrédients à la recette et amélioreront surement le tout. En installant des poignée régulièrement autour du bidon (2 ou trois), il est très facile de le faire tourner.

Le résultat en est bien sur un compost d’excellente qualité prêt à se diriger vers le fruitier ou le jardin. Les artistes et peintres amateurs n’hésiteront pas à décorer la bête de mille fleurs ou de vers de terre et autres larves en tout genre!!!

Merci à Abram Mclaughlin, permaculteur écossais, pour ce retour d’expérience ainsi que pour les photos…

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :