Gardez le bois mort dans votre jardin en permaculture !

Gardez le bois mort dans votre jardin en permaculture !

En permaculture, la nature est notre professeur principal que nous essayons d’imiter au mieux pour augmenter la résilience et l’autonomie de nos lieux. En observant la nature, on constate assez vite qu’elle a prévu une deuxième vie bien remplie à une ressource abondante et sans cesse renouvelée : le bois mort, notamment en le transformant en gîte pour une ribambelle d’insectes et d’animaux ou en nourriture pour des champignons divers dont certains comestibles intéressants.

Au bureau d’études, nous aimerions que de plus en plus de monde réalise à quel point le bois mort au jardin est une niche écologique formidable si facile à mettre en place.

C’est pourquoi nous sommes allés à la rencontre d’un passionné de nature et de biodiversité, Gilles Leblais, auteur du livre « Branchages et bois mort au jardin : des trésors pour la biodiversité. ».

Il nous a ouvert les portes de son « Jardin Paradis » à Velanne en Isère pour nous montrer concrètement comment il utilise les arbres morts et plus généralement le bois mort dans son jardin 🪵 pour favoriser un maximum de biodiversité !

Découvrez les conseils de Gilles et des gestes simples 😲 pour aider la faune sauvage à s’installer durablement chez vous dans la vidéo ci-dessous :

Vous souhaitez augmenter la biodiversité dans votre jardin ? Alors, maintenant à vous de jouer !

Gilles est aussi un photographe nature, ornithologue, conférencier et journaliste naturaliste qui souhaite réenchanter notre regard et nous émerveiller avec les beautés et curiosités de la nature pour mieux la respecter et l’accueillir dans notre quotidien !

Vous le retrouverez donc prochainement dans nos publications pour une série de vidéos sur la nature et la biodiversité au jardin 🦔🪲🐿.

Nous espérons que ça vous plaira !

Ci-dessous une retranscription texte de la vidéo :

Les intérêts du bois mort dans votre jardin en permaculture

Le bois mort est d’une richesse étonnante. Tout ce qui tombe de l’arbre revient à l’arbre en quelque sorte.
D’où l’intérêt de garder ce bois mort au niveau biodiversité, mais pas que.

Le bois mort va se décomposer sur place, va créer un humus hyper intéressant.

On peut même, sur du bois mort, cultiver des champignons (champignons de type shiitake, pleurotes).

Pleurotes en huître poussant sur un tronc de bois mort dans le jardin en permaculture de Gilles Leblais.

En plus d’attirer la biodiversité, le bois mort au jardin peut aussi servir à cultiver des champignons comestibles ! Exemple chez Gilles Leblais avec ces pleurotes en huîtres (Pleurotus ostreatus). © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Donc il y a un intérêt qui est vraiment fondamental dans le jardin et pour attirer cette biodiversité.

Sous quelles formes garder le bois mort dans votre jardin en permaculture ?

Un simple tas de bois, quelques coupes dans la haie qui ont été posées là et puis au fur et à mesure du temps, c’est le lierre, une plante grimpante qui a pris le dessus.
Ça fait partie d’une possibilité avec le bois mort, comme ça se passe dans la nature.

L’intérêt de faire ça, c’est qu’il est bien évident que des animaux vont trouver le gîte.

Notre ami le hérisson, « Picpic » comme je l’appelle, pourra habiter dans ce tas de bois.

Ses petites cousines les musaraignes même chose et de nombreux insectes également donc, qu’on arrête de dire que le bois mort ce n’est pas propre.

Le hérisson (à gauche) et la musaraigne (à droite) sont deux auxiliaires du jardin en permaculture trouvant refuge dans les tas de bois mort.

Un tas de bois mort au jardin servira de gîte à de nombreux animaux sauvages à commencer par le hérisson ou encore la musaraigne, tous deux excellents auxiliaires du jardin dévoreurs, entre autres, de limaces et d’escargots. © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Ça peut être très joli, mais même dans un paysage de nature, au pas de sa porte comme dans mon jardin, il va avoir son rôle à jouer.

Le vieil arbre mort sur pied

Un arbre mort sur pied, on ne va pas le couper. On va le laisser également à la faune.

Cet arbre mort était debout il y a encore quelques semaines et avec un coup de vent, il s’est couché.
Ce n’est pas grave, je vais le laisser vivre, continuer à vivre puisque, à l’intérieur de cet arbre couché, d’innombrables animaux vont vivre ou séjourner.

Je peux vous certifier que j’ai notamment de la petite biche qui est un gros coléoptère qui va avoir son intérêt, et comme du lucane cerf-volant également qui vont être présents dedans notamment quand les femelles pondent et ont besoin de ce bois mort pour pondre.
Leurs larves vont se développer de 2 à 3 ans dans ce bois mort.

La petite biche et le lucane cerf-volant sont deux insectes utiles ayant besoin de bois mort pour vivre et s’installer durablement dans un jardin en permaculture.

Le bois mort au jardin en permaculture abrite de nombreux insectes utiles comme la petite biche (à gauche) ou le lucane cerf-volant (à droite). © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Donc ce bois mort a un intérêt crucial pour ces animaux.

Le tas de bois mort idéal qu’on devrait trouver dans tous les jardins

Un tas plus gros, pareil, bois mort empilé, avec comme un toit de chaume en fait et il aura le même intérêt que tout ce dont j’ai pu parler avec d’autres espèces.

L’idéal dans un jardin : 1,20 m de haut, la même chose de large, au moins un tas comme ça dans son jardin.

Tas de bois mort réalisé par Gilles Leblais dans son jardin Paradis pour attirer la biodiversité.

Exemple de tas de bois mort réalisé par Gilles Leblais dans son jardin Paradis à Velanne pour attirer la biodiversité.

Plus votre jardin est grand, plus vous pouvez en répartir partout.

Ça aura son intérêt de toute façon.

S’inspirer de la haie sèche ou haie de Benjes

Voilà un exemple où je me suis inspiré de la haie sèche ou la haie de Benjes. Des piquets ont été plantés, je tresse des branches autour et j’empile du bois mort.

J’ai créé là un cercle qui deviendra peut-être un potager plus tard. Pour l’instant, il encercle une prairie fleurie.

Structure en branchages et bois mort inspirée de la haie sèche ou haie de Benjes dans le jardin en permaculture de Gilles Leblais.

Structure en branchages et bois mort inspirée de la haie sèche ou haie de Benjes pour attirer la biodiversité dans le jardin en permaculture de Gilles Leblais.

Donc ça, c’est un cercle de branchage.
L’intérêt c’est que je mets du branchage à l’intérieur et je vais m’en servir pour créer son ossature, les piquets, et je vais tresser en fait un simple branchage autour.
Il peut y avoir plusieurs types de bois.

Je le fais avec tout…
Je vais me servir, entre autres, de saule comme ici, c’est du saule osier, un jaune, il y en a d’autres, il y a du saule marsault, et il y en a beaucoup d’autres encore.

Pendant l’hiver, je taille et je peux me permettre de tresser avec les plus grosses branches.

Je vais tresser l’ossature de ces tas de branchages.

Une vieille souche au sol

Voilà du bois mort, du piquet, un bois mort fiché au sol, une vieille souche au sol.
On voit même là, une petite galerie probablement de campagnol, mais ça peut être aussi une belette qui vient chasser à l’intérieur.

Belette (Mustela nivalis) au pied d’une vieille souche de bois mort laissée au jardin.

Belette (Mustela nivalis) au pied d’une vieille souche de bois mort laissée au jardin. © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Une vieille branche plantée au sol ou dans une haie

Ces tiges de bois que je plante vont servir de perchoir aux oiseaux insectivores.

Dans la prairie et dans les friches qu’on a derrière nous, ça va leur permettre de chasser suivant les hauteurs aussi.

Si c’est un gobemouche, ce sera ça, si c’est la fauvette à tête noire, ce sera d’une autre manière, si c’est le rouge-queue à front blanc, lui viendra chasser au sol ou il viendra chasser en vol, ça dépend suivant les espèces.

Donc bois mort planté sur pied, une simple branche va avoir son intérêt et même quand on crée sa haie, on peut rajouter du bois mort pour rajouter un coup de vieillesse à la haie, mais qui sera repéré, entre autres, par les oiseaux.

Jeune rouge-queue à front blanc (mâle immature) perché sur une vieille branche morte dans le jardin.

Jeune rouge-queue à front blanc (mâle immature) perché sur une vieille branche morte dans le jardin d’où il peut facilement s’envoler pour chasser des insectes. © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Un muret en branchages de séparation avec le terrain voisin servant de corridor biologique

Muret de branchage tout le long, entre les voisins et le terrain, comme ça j’ai créé un corridor biologique entre ma haie d’un côté et le côté du voisin.

Et il y a, à nouveau, les tas de bois mort.

Le bois mort est essentiel pour les précieux auxiliaires du jardin

L’intérêt de faire ça, c’est que vous récupérez votre bois mort.

Il n’y a pas de déplacement à la déchetterie ou quoi que ce soit.

Vous allez mettre votre jardin sous haute protection.

Les auxiliaires précieux au jardin vont être dans ce bois mort.

On a déjà parlé du hérisson, des musaraignes, ces petites cousines, c’est le genre de choses qui va leur convenir, mais pas que.
Entre autres, il va y avoir des insectes très intéressants comme les carabes.

Aujourd’hui, j’ai quatre espèces différentes de ces coléoptères dans mon jardin qu’on appelle les carabes ou carabidés.
Ce sont des coléoptères rampants (qui ne volent pas). Ils se déplacent pour chasser dans le jardin.

Photos de plusieurs espèces de carabes, coléoptères rampants et précieux auxiliaires au jardin en permaculture nichant dans le bois mort en hiver.

Le bois mort au jardin en permaculture abrite de précieux insectes auxiliaires comme les carabes, coléoptères rampants dévoreurs de limaces et d’escargots. De gauche à droite : carabe doré ou jardinière (Carabus auratus), carabe violet (Carabus violaceus ssp. purpurascens) et carabe chagriné (Carabus coriaceus). © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Pendant les périodes hivernales de l’automne à l’hiver, ils vont passer l’hiver dans ces tas de branchages et bois morts.

Quand le printemps va arriver, ils ont jeûné pendant tous ces mois d’hiver et ils ont envie de boulotter et la première chose qu’ils vont faire en sortant de ces tas de bois morts, c’est qu’ils vont aller à la recherche des œufs et des larves de limaces et d’escargots.

D’où l’intérêt de garder son bois mort au jardin puisque là, on a affaire à des auxiliaires plus que précieux au sein même du jardin.

C’est ça être en lien avec la nature.

C’est savoir mettre notre patte, notre intelligence si on en a une, au service de cette nature, mais à notre service aussi et en même temps, on sait qu’on protège cette biodiversité.

Branchages et bois mort au potager en permaculture : un élément, plusieurs fonctions !

Voilà le petit potager donc même chose, muret de branchages sauf que là, j’ai pensé cultures également.

C’est un principe de permaculture tout simple.

Le bois mort a été empilé sur la moitié des murets, ensuite litière de feuilles mortes et ensuite, un paillage classique à la paille.
Alors ça peut être avec des fougères, ça peut être avec plein d’autres choses.

Pied de rhubarbe planté dans une structure de bois mort inspirée de la haie sèche ou haie de Benjes dans le petit potager de Gilles Leblais.

Une structure de bois mort inspirée de la haie sèche ou haie de Benjes peut aussi servir de support de culture au potager comme ici avec un pied de rhubarbe planté dedans.

C’est la deuxième saison que ces murs ont été faits donc j’ai commencé des tests, notamment avec des courges.
Il y a un plant de rhubarbe aussi qui est bien parti.

L’année prochaine je pourrai commencer avec des blettes, des salades, des choses comme ça dessus.

J’ai un muret de branchage qui met sous haute protection mon potager avec des auxiliaires précieux comme on a pu voir, les carabes, les musaraignes, ça peut être aussi le lézard vert.

Il va y avoir des oiseaux aussi qui peuvent venir nicher, notamment l’accenteur mouchet, le rouge-gorge que tout le monde connaît, le troglodyte mignon, qui ont besoin de ces tas de bois pour chercher leur nourriture, mais ils peuvent y trouver également le gîte pour construire leur nid.

Auxiliaires du potager attirés par une structure de bois mort inspirée de la haie sèche ou de Benjes : le lézard vert (en haut à gauche), l’accenteur mouchet (en haut à droite), le rouge-gorge (en bas à gauche) ou encore le troglodyte mignon (en bas à droite).

Une structure de bois mort inspirée de la haie sèche ou haie de Benjes, entourant le potager, place celui-ci sous haute protection en attirant de nombreux auxiliaires tels que le lézard vert (en haut à gauche), l’accenteur mouchet (en haut à droite), le rouge-gorge (en bas à gauche) ou encore le troglodyte mignon (en bas à droite). © Gilles Leblais, photographe de la vie sauvage.

Et puis l’autre intérêt, c’est qu’on va en faire une planche de culture.
Ce n’est pas pour rien que j’ai empilé du bois mort, une litière de feuilles et de la paille par-dessus.

Au printemps, il suffit simplement d’écarter la paille qui va être au milieu, de mettre un petit peu de compost à la rigueur, et de mettre le plant que vous avez envie de faire partir.
Ça peut être une blette, une salade ou les courges comme j’ai pu mettre cette année, etc.

Et c’est tout simple, c’est tout bête et je crée un espace supplémentaire en hauteur pour la culture potagère.

On allie le bon sens d’un potager sain et utile, où on va pouvoir donc se nourrir, nourrir la biodiversité, la protéger et vivre en harmonie avec la nature et réapprendre à comprendre cette vie qui nous entoure et l’intérêt qu’on a à la protéger au pas de sa porte et dans nos jardins bien évidemment.

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Branchages et bois morts au jardin : Des trésors pour la biodiversité »

Des trésors pour la biodiversité

Livre de Gille Leblais

131 pages - édité par Édition Terre Vivante

Prix : environ 15 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre   |    Unithèque   |    Fnac

Sur le même thème

Forêt jardin ou verger en permaculture, lequel choisir ?

Forêt jardin ou verger en permaculture, lequel choisir ?

Quand on veut produire des fruits en permaculture, de manière significative (pas juste une petite production anecdotique), on se retrouve confronté au choix du type de système qui permettra une telle production dans le respect de la nature. Les deux principaux...

Les formations principales en permaculture

Les formations complémentaires en permaculture

Abonnez-vous à la Newsletter !

Ne ratez plus aucun de nos contenus, et recevez « Le guide du permaculteur débutant »

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

Permaculture Design

Cet article a été rédigé par l’équipe du Bureau d’étude PermacultureDesign.

2 Commentaires

  1. CC

    Bonjour,
    Quand on habite le sud de la France et qu on est dans une zone soumise à un PPRI ( risque incendie feux de forêt) je ne pense pas que l on puisse laisser les tas de bois mort malheureusement qui sont vus comme autant de combustibles potentiels. C est bien dommage pour la faune.

    Réponse
  2. sylvie theado

    j’ai déjà acheté le livre de Gille Leblais, mais cette vidéo est un plus!
    les images sont magnifiques, cela donne envie de créer des haies séches un peu partout.
    Merci pour tout ce que vous nous transmettez je jardine depuis bientôt 50 ans et je suis toujours enthousiasmée par la nature….

    Réponse

Laisser un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *