Ethiques et principes de permaculture

0

Je vous ai parlé dans le message de bienvenue de l’éthique de la permaculture qui est : être attentif à la terre, être attentif aux hommes et redistribuer équitablement les surplus. Cette éthique permet d’avoir une ligne de conduite, comportementale et morale, indispensable au jour où la permaculture devient mondialement connue et qu’elle a tendance à être prise plus pour une technique de jardinage que pour ce qu’elle est réellement : une vision holistique de l’écologie et une philosophie de vie.

 

Pour définir les limites de cette éthique ainsi que son contenu, David Holmgren, co-fondateur de la permaculture, a élaboré une série de principes qui pourront nous aider à régénérer, à réparer les systèmes naturels terrestres à l’échelle de nos designs. Voir les documents pdf de cet article, la fleur de permaculture ainsi que les principes de permaculture.
A la manière de Rosemary Morrow, pionnière de la permaculture, je classerai ces principes en trois catégories :

les principes concernant le design : Ces principes sont basés sur les grands thèmes écologiques, comme l’eau, l’énergie, le sol qui sont essentiels au processus durable de la vie.

les principes stratégiques : ils minimisent les impacts négatifs sur l’environnement, s’assurent que les ressources sont correctement utilisées, et permettent d’éviter les erreurs de design à ce niveau.

les principes comportementaux : Ces principes vont élargir nos perspectives dans l’analyse, le design et sa mise en place. Ils augmentent notre conscience de la valeur des différents éléments concernés par le design et affinent et clarifie notre jugement par rapport à celui-ci.

Vous allez comprendre beaucoup mieux en découvrant ceux-ci.

Principes comportementaux :

– Tout d’abord observer et interagir, c’est de l’observation que découleront toute vos réflexions, stratégies puis actions……
– Travailler avec la nature et non contre elle : il en résulte un impact négatif minimum et une durabilité à long terme.
– Valoriser les bordures, le marginal, le petit : Ce qui est petit et différent peut être vital.
– Le problème est la solution : transformez et valoriser les blocages du design et de sa mise en œuvre, en utilisant votre créativité, pour en obtenir un élément positif.
– Ne pas produire de déchets : Essayer de planifier des écosystèmes fermés.
– Valoriser l’humain, ses compétences et son travail : supporter les gens dans leur travail et leur permettre d’apprécier et d’être apprécié dans ce que vous leur faites faire.
– Avoir du respect pour toutes les formes de vie : les bienfaits de toute la diversité culturelle et naturelle sont valorisés.
– Utiliser les transports publics et les énergies renouvelables, et valoriser les circuits courts : Essayer d’aller vers une pollution moindre, des villes plus durables et agréables. Préférez les producteurs locaux.
– Réduisez votre empreinte écologique : Économisez et sauvegardez les ressources, et devenez plus auto-suffisant.

Principes du design :

– Préservez, régénérez et étendez tout les paysages traditionnels et naturels permanents
– Conservez et  augmentez toutes les sources et approvisionnements d’eau, assurez vous de sa qualité et maintenez la.
– Captez et stockez l’énergie, le plus à la source possible et de manière la plus passive possible.
– Préservez et augmentez la biodiversité et la diversité, dans les cultures, les habitats, les religions, les êtres humains, la faune et la flore etc….

Principes stratégiques :

– Focalisez-vous sur la durabilité et la résilience à long terme.
– Évitez la compétition et encouragez la coopération
– Faîtes le design du global au détail
– Commencez petit et adaptez-vous aux changements
– Privilégiez les petits changements aux gros résultats
– Priorité aux ressources et services renouvelables
– Si vous êtes concernés, ramenez la production de nourriture à l’intérieur de la ville.
– Intégrez plutôt que séparer

Ces principes ne sont pas dogmatiques et l’on pourrait aller plus loin dans l’approfondissement de ceux ci, voyez les plutôt comme un pense bête, et une manière de verrouiller les étapes de votre design : ai-je bien intégré plutôt que séparé, ai-je bien commencé petit, installé une échelle temporelle? etc…..Votre design n’en sera que plus sûr et vous évitera peut être d’avoir à revenir sur des erreurs de manière tardive. J’espère que vous aurez apprécié cet article et qu’il vous aura permis de progresser dans votre compréhension du design de permaculture, à la prochaine!

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :