Faire venir les insectes pollinisateurs dans votre jardin

Faire venir les insectes pollinisateurs dans votre jardin

Les insectes pollinisateurs, alliés indispensables à notre production de nourriture !

Sans qu’on s’en rende forcément compte, les insectes pollinisateurs, et pas seulement les abeilles 🐝 et les bourdons, mais aussi les coléoptères🐞🪲, les guêpes, les mouches🪰, les papillons🦋… jouent un rôle essentiel dans nos vies !

Ils assurent, en effet, mieux que n’importe qui, une étape incontournable dans notre production de nourriture : la pollinisation qui permet à une fleur de se transformer en fruit (ou en légume 😉) !

Faire venir les pollinisateurs dans votre jardin est donc primordial pour obtenir de belles récoltes au potager comme au verger. Et plus, vous aurez de la diversité dans les pollinisateurs présents chez vous, plus vous augmenterez vos récoltes 😃 !

🤔 Mais comment les attirer dans votre jardin en permaculture et faire en sorte qu’ils aient envie d’y rester ?

😃 Faire son design de permaculture est le secret de la réussite pour créer votre propre jardin d’Éden foisonnant de vie, résilient et productif ! Cela est possible grâce à une diversité d’éléments spécialement dédiés à l’attraction des pollinisateurs (haies mellifères, zones sauvages, hôtels à insectes, mare…) et placés en synergie les uns par rapport aux autres.

Magalie, membre de notre bureau d’études, vous partage en vidéo son expérience sur le retour des insectes pollinisateurs dans son jardin conçu en permaculture grâce à la méthodologie de design. Vous pouvez, vous aussi, même si vous êtes débutant.e, suivre pas à pas cette méthodologie en vous laissant tout simplement guider par notre formation en ligne, à découvrir en-dessous de la vidéo.

Magalie montre aussi comment polliniser manuellement vos cucurbitacées en attendant que les pollinisateurs prennent le relais et conseille une lecture très intéressante pour toutes celles et ceux qui souhaiteront aller plus loin dans la découverte de toutes les petites bébêtes qui peuplent leur jardin !

 

Transformez l’ensemble de votre jardin en corne d’abondance pour vous comme pour les insectes pollinisateurs !

Comme Magalie, concevez et aménagez l’ensemble de votre jardin en permaculture pour qu’il réponde concrètement à vos attentes et objectifs tout en favorisant la biodiversité ! Pour cela, laissez-vous guider pas à pas par notre formation en ligne et réalisez enfin le jardin d’Eden dont vous rêvez qui fera aussi le bonheur des insectes pollinisateurs !!

⚠️ Ci-dessous la retranscription texte de la vidéo :

Le retour des insectes pollinisateurs dans un jardin en permaculture

Une des choses que j’ai le plus constatée ici avec notre évolution et le fait qu’on pratique la Permaculture : c’est le retour des insectes pollinisateurs.

Halicte butinant une fleur de cosmos.

Un halicte, petite abeille et très bon insecte pollinisateur, est en train de butiner une fleur de cosmos dans le jardin en permaculture de Magalie

On a vraiment vu la différence année après année. Par exemple, au départ, quand on mettait des plants de courgettes, on avait énormément de fruits qui n’arrivaient pas à maturité et qui pourrissaient. On a effectivement vu que c’était dû à un défaut de pollinisation de la fleur femelle. C’est vrai que quand on a un jardin sans pollinisateurs, on a beaucoup moins de récoltes, beaucoup moins de fruits, beaucoup moins de légumes que ce soit potager, verger, etc.

Attirer les insectes pollinisateurs avec leurs fleurs préférées 😉

Il est important de les attirer toutes ces petites bébêtes ! Ici, c’est un pari réussi puisqu’aujourd’hui, on n’a plus aucun souci au niveau des pollinisations au potager comme au verger parce que justement, on a laissé un maximum de fleurs sauvages se développer aux alentours et on a installé des fleurs que les pollinisateurs adorent, notamment la bourrache qui est ici, qui pousse dans l’allée entre deux buttes, mais bon, comme elle ne gêne pas, on la laisse.

Abeille domestique sur fleur de bourrache.

La bourrache est une des fleurs sauvages préférées des insectes pollinisateurs et notamment des abeilles qui l’affectionnent tout particulièrement.

On a encore d’autres beaux plants juste ici avec vraiment énormément d’abeilles dessus.

Favoriser une grande diversité d’insectes pollinisateurs au jardin

On a beaucoup de Cétoines dorées, de Cétoines funestes aussi un petit peu, donc là, on est sur des coléoptères qui vont vraiment manger la fleur qu’ils viennent polliniser, mais du coup, ils font quand même un travail de pollinisation même s’ils sont assez destructeurs derrière et effectivement quand ils s’attaquent aux rosiers… on n’a plus la jolie Rose. Elle se fait tout manger, mais bon, ça ne nous dérange pas.

Et puis, on a aussi énormément de guêpes alors les guêpes, faut pas en avoir peur, il y a des guêpes qui font de la pollinisation aussi et il y en a une diversité incroyable donc ça fait beaucoup de bien aussi d’en avoir différentes sortes au jardin. Évidemment, les coccinelles. Donc, les coccinelles alors elles, elles se plaisent beaucoup au sommet des fèves en début de saison parce qu’on laisse les pucerons coloniser le haut des fèves et alors là, elles s’en donnent à cœur joie. Et on a également pas mal de syrphes alors ça, c’est très chouette, ce sont de très bons pollinisateurs également. Donc, ce sont des petites mouches qui sont rayées comme des guêpes et des Éristales aussi.

Insectes pollinisateurs dont des mouches diverses et une guêpe solitaire, Cryptus albitarsis sur fleur de carotte sauvage.

Les fleurs de plantes sauvages, ici une carotte sauvage, attirent beaucoup d’insectes pollinisateurs : des mouches, des abeilles ou encore des guêpes solitaires comme ici une Cryptus albitarsis.

Après, toute une ribambelle d’insectes que je n’ai pas encore identifiés qui se retrouvent vraiment un peu partout dans des spots fleuris au jardin et qui, en passant entre deux bourraches, passent par mes fleurs de courgettes par exemple. Donc ça, c’est très chouette parce que du coup attirer les pollinisateurs, c’est vraiment super utile et ça permet de booster les récoltes et d’avoir un jardin vivant. C’est tout ce qu’on aime.

Attirez les pollinisateurs chez vous en leur offrant le gîte et le couvert avec notre composition végétale dédiée !

Des floraisons mellifères diversifiées et étalées sur l’année, des niches écologiques simples à mettre en place, le tout implanté sur 20 m2 de surface au sol ; tout a été réfléchi dans notre composition végétale « La haie des abeilles » pour vous aider à installer facilement chez vous de quoi attirer durablement les pollinisateurs en leur offrant nourriture et abris pour se reproduire ou passer l’hiver !

Compenser le manque d’insectes pollinisateurs par de la pollinisation manuelle sur les plants de cucurbitacées

Alors évidemment, avant d’avoir tous ces pollinisateurs qui arrivent dans le jardin, on peut avoir ces fameux soucis de pollinisation notamment sur les cucurbitacées et notamment les courgettes donc en attendant que tous ces insectes arrivent et qu’on les attire avec plein de belles et bonnes fleurs, on peut très bien faire de la pollinisation manuelle des fleurs de cucurbitacées parce que c’est quelque chose de très simple à faire.

Geste de pollinisation manuelle des fleurs de courgette pour pallier le manque d’insectes pollinisateurs dans le potager.

Pollinisation manuelle des fleurs de courgette au potager : après avoir frotté l’étamine de la fleur mâle pour récupérer du pollen, Magalie va frotter le pistil de la fleur femelle pour y déposer le pollen et la féconder, ce qui permettra le développement du fruit.

On a les deux fleurs côte à côte alors celle-ci c’est la fleur mâle, alors on l’identifie, bon l’intérieur n’est pas tout à fait pareil, en plus à ce niveau-là il n’y a pas de petits fruits, il n’y a pas de forme de petit fruit, c’est directement la tige et la fleur. Et là, on a une fleur femelle qui donc n’a pas le même intérieur et qui elle, a en-dessous, une forme de fruit. C’est de la courgette ronde de Nice celle-ci. Et donc, la pollinisation, moi je la fais au doigt. Je frotte un petit peu la fleur mâle avec mon doigt et hop, je vais ensuite frotter l’intérieur de ma fleur femelle.

Apprendre à identifier les insectes pollinisateurs présents dans votre jardin en permaculture !

C’est vrai qu’au niveau des pollinisateurs, ce n’est pas toujours évident de savoir ce qu’on a chez soi.

Est-ce que c’est un auxiliaire ? Est-ce que c’est un nuisible ? Est-ce que vraiment, c’est un pollinisateur ou pas ? Etc.

Donc là, je conseille un super bouquin qui s’appelle : « Jardinez avec les insectes » de Vincent Albouy, alors là c’est l’ancienne couverture, c’est une vieille édition. La couverture a évolué, mais le titre est toujours le même. C’est aux éditions de Terran. Ce qui est bien dans ce bouquin, c’est qu’en fait, il balaye l’ensemble des insectes qu’on peut trouver au jardin et il explique bien pourquoi ces insectes se trouvent à tel endroit, qu’est-ce qu’ils font au jardin et comment on peut les gérer et donc c’est un bouquin qui dit plus : jardiner avec, que lutter contre.

Consultation du livre de Vincent Albouy « Jardinez avec les insectes » aux Éditions de Terran.

Consultation du livre de Vincent Albouy « Jardinez avec les insectes » aux Éditions de Terran, un excellent ouvrage pour comprendre le rôle des insectes au jardin, les raisons de leur présence et comment les gérer au mieux tout en favorisant la vie !

Donc, c’est très très intéressant pour commencer à vraiment mieux comprendre toute cette vie qu’on peut avoir dans le jardin et qui revient petit à petit et justement trouver des moyens de gestion quand on a vraiment de l’invasion. Alors il y aura des moyens de lutte un petit peu là-dedans par moment sur certaines espèces, mais on reste quand même sur un bouquin qui est vraiment dans l’idée d’aller dans le sens de la nature et de ne pas lutter contre. Et donc ça, c’est vraiment très très intéressant pour enlever toutes les peurs qu’on a aussi des bestioles et comprendre pourquoi elles sont là et ce qu’elles vont nous aider à faire dans le jardin.

Pour garder les insectes pollinisateurs dans votre jardin en permaculture, pensez au sauvage !

Tas de bois mort au jardin en permaculture.

Tas de bois mort laissé délibérément au jardin pour, entre autres, servir de niche à de nombreux insectes pollinisateurs !

Il faut laisser du sauvage, il faut laisser de la niche écologique, des bouts de bois, des tas de pierres, des carrés de terre où les abeilles vont pouvoir nicher directement dans le sol et de la fleur qui va les attirer : de la bourrache, de la phacélie, de la consoude, on a des bleuets, on a de la monarde, il y a du lin, il y a du souci, il y en a partout, il y a des sauvageonnes aussi qui poussent de partout. Et c’est ça qui fait qu’on va attirer toute cette vie autour de nous.

Apprendre à jardiner de façon naturelle pour nourrir sa famille sans produits chimiques dans le respect du vivant.

« Jardinez avec les insectes »

Livre de Vincent Albouy
360 pages, édité par Éditions de Terran, en novembre 2009.

Prix : environ 23 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque    |   Fnac

Sur le même thème

Les formations principales en permaculture

Les formations complémentaires en permaculture

Abonnez-vous à la Newsletter !

Ne ratez plus aucun de nos contenus, et recevez « Le guide du permaculteur débutant »

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

PermacultureDesign

Cet article a été rédigé par l’équipe du bureau d’étude PermacultureDesign.

Laisser un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.