5 bons réflexes d’hiver pour préparer son potager…

5 bons réflexes d’hiver pour préparer son potager…

En hiver, la plupart des jardiniers se languissent de l’arrivée du printemps pour pouvoir enfin remettre les mains dans la terre et s’activer au potager! Mais ce n’est pas parce qu’il fait froid dehors et que les végétaux sont en dormance qu’il n’y a rien à faire en hiver, bien au contraire ! Car, qu’on se le dise, de notre activité hivernale dépendra beaucoup notre réussite printanière !

Nous avions déjà abordé ce sujet il y a quelques années avec le concours de Romain Georges du blog Tous au potager. Comme cela est de saison, nous avons décidé de refaire un focus sur ces travaux hivernaux au potager au regard de nos expériences des années précédentes. Alors, pour ne pas se planter et être fin prêt le moment venu, voici quelques bons réflexes à adopter en hiver pour bien préparer son potager !!!

Réfléchir et réorganiser l’architecture de votre potager

Peut-être l’architecture de votre potager vous satisfait-elle pleinement telle qu’elle est déjà et tant mieux pour vous ! Mais si ce n’est pas le cas, et que vous n’avez pas pris ou trouvé le temps de faire cela à l’automne, l’hiver vous offre une parenthèse très appréciable pour repenser et modifier en conséquence l’architecture de votre potager en fonction :

  • de vos observations glanées à la saison passée (repérage de zones fortement soumises aux vents, trop ou trop peu ensoleillées, plus ou moins fertiles…),
  • de vos besoins/souhaits en terme de productions
  • de vos envies en terme d’expérimentations permaculturelles (développer l’effet de bordure, mieux gérer l’eau sur votre site, mieux capter et stocker les énergies qui le traversent…) !

Créer dans son potager un mini « piège à soleil », une butte en « trou de serrure », une mare aux bordures sinueuses… Les possibilités d’aménagements sont infinies comme votre imagination et réorganiser l’architecture de son potager peut être une vraie partie de plaisir si on laisse s’exprimer sa créativité 😉 Prenez donc un temps sur le mois de janvier, de vous pencher là-dessus pour améliorer votre « écosystème cultivé ». Vous pourrez ensuite mettre tout en place sur le mois de février pour être opérationnel, en mars avec l’arrivée du printemps !!

Planifier votre saison de culture

Même s’il y a plusieurs « écoles » plus ou moins strictes pour ce qui est de la planification potagère, tous les jardiniers expérimentés s’accorderont à dire qu’un minimum d’organisation de ses cultures à venir est indispensable pour aborder sereinement le début de saison et savoir quoi faire au bon moment !

Les mois de janvier, février sont donc une période idéale pour réfléchir tranquillement à ce que l’on va cultiver, via semis ou plants, à quel emplacement et quand ! Cette planification théorique spatiale et temporelle de la saison potagère sera plus ou moins fastidieuse selon le nombre de contraintes que vous choisirez d’adopter pour la réaliser : tiendrez-vous compte du calendrier lunaire ? Des associations de légumes ? Des rotations par rapport aux années précédentes, en fonction des familles de légumes ou de leurs besoins en nutriments ? Souhaitez-vous prévoir vos successions de cultures jusqu’à l’hiver suivant ou juste commencer par la saison printemps/été…

Tout cela dépendra de vous et nous ne verrons pas ici tous les cas de figure. Ce qui est sûr, c’est que plus vous vous mettrez de contraintes, plus votre planification sera un casse-tête chronophage. Donc, surtout pour les débutants, ne vous dégoûtez pas du potager avant même d’avoir commencé et allez-y petit à petit. Vous pourrez, avec l’expérience, être plus à l’aise d’année en année pour tester de nouvelles choses et complexifier votre planification !

Pour commencer, prenez simplement le temps de vous questionner sur votre planification spatiale : de combien de surface de culture disposerez-vous cette saison ? Que souhaitez-vous cultiver ? En quelle quantité ? À partir de semis ou de plants ? En listant cela, vous aurez déjà une base de départ ! Puis vous ferez vos choix : allez-vous faire des rangs ou utiliser différemment l’espace  ? Souhaitez-vous porter une attention forte aux associations potagères ou simplement prendre en compte les plus reconnues au niveau des favorables comme des défavorables ? Souhaitez-vous organiser des rotations classiques ou pratiquer des mélanges d’espèces ?

Excepté pour les légumineuses, ne pas remettre au même endroit la même plante d’une année sur l’autre est une base incontournable du jardinage au potager me direz-vous, nous sommes bien d’accord, mais selon comment vous penserez votre potager et le niveau de diversité que vous y introduirez, cela ne sera pas forcément une obligation de planifier ces rotations. Pour exemple, Jean-Marie Lespinasse, auteur de l’excellent livre « Le jardin au naturel  », explique qu’au niveau des rotations de légumes, il est passé, avec l’expérience, de rotations classiques par rangs entiers à un tel mélange d’espèces variées sur ses ados qu’il est très peu probable qu’il remette la même plante au même endroit d’une année sur l’autre, il a donc fait le choix de ne plus tenir compte des rotations et de laisser faire !

jardinage potager buttes diversifiée

Butte potagère avec mélange de végétaux

Vous pourrez ensuite réfléchir à votre planification temporelle : en fonction de votre liste de plantes à cultiver, vous prévoirez lesquelles seront issues de semis en godet à l’intérieur, sous châssis chaud ou froid ou semis en place et vous pourrez en déduire quand vous approvisionner en graines pour commencer ses différents types de semis ! Vous pourrez aussi planifier quand introduire au potager vos 1ers plants issus de vos semis (ou d’achat ou de troc)… Vous tirerez de toutes ces réflexions un « calendrier » de vos activités potagères qui vous permettra de ne pas être pris au dépourvu quand la saison sera venue 🙂

Entretenir vos cultures déjà en place

Si votre potager ne contient pas encore de plantes vivaces, il est temps de réfléchir sérieusement à en introduire, car elles sont formidables par leur rusticité, leur générosité, par le peu d’entretien qu’elles nécessitent et souvent aussi par leur capacité à vous fournir une récolte tôt dans la saison ! Il serait donc dommage de s’en priver ! Un potager en permaculture peut d’ailleurs se faire presque intégralement avec des plantes pérennes et vivaces comme nous le proposons dans notre dernière formation en ligne : Le potager 3P, mon Premier Potager Permanent.

Ainsi, si votre potager contient déjà des plantes vivaces restées en place tout l’hiver, celles-ci nécessiteront votre attention en fin d’hiver pour retirer les diverses protections hivernales (mulch, voile d’hivernage, cloche de forçage…) dès que le temps le permettra (hors période de fort gel !). Toutefois, gardez vos protections à portée de main jusqu’au mois de mai, car il peut être nécessaire de les remettre ponctuellement lors d’épisodes de fortes gelées tardives (possibles jusqu’aux saints de glaces).

Il vous faudra ensuite prendre soin de vos vivaces en retirant les feuilles pourries, noircies ou abîmées pour éviter que ces phénomènes ne se propagent au printemps. La pourriture touche par exemple souvent les feuilles d’artichaut qu’il vous faudra enlever et vous pourrez aussi retirer le mulch au pied pour permettre à la terre de se réchauffer les jours bien ensoleillés.

Pour d’autres cultures, au lieu de moisissures, l’hiver causera des dessèchements, c’est le cas pour les fraisiers par exemple. Il vous faudra alors couper toutes les parties mortes afin de favoriser la pousse de nouvelles feuilles. Vous pourrez aussi en profiter pour sevrer les jeunes plants qui se sont développés sur les stolons si vous ne l’avez pas déjà fait à l’automne, ces simples gestes apporteront un bon coup de jeune à votre fraiseraie.

Enfin, vous pouvez, pour favoriser la reprise, apporter aux pieds de ces cultures du compost bien décomposé ou des purins adaptés comme le purin de consoude qui, apporté au sol, génère un véritable « appel de faune » en attirant énormément de macro-organismes du sol essentiels à sa fertilité (vers de terre, cloportes…) et augmente aussi par conséquent la présence de micro-organismes. Si vous souhaitez en apprendre plus sur les purins, nous vous conseillons le livre « Purin d’orties & Cie » qui vous sera d’une grande aide pour élaborer vous-même différents types de purins et ainsi prendre soin de vos plantes naturellement !

Préparer l’arrivée de vos futures cultures

Tout d’abord, en fin d’hiver, quand le soleil recommencera à prodiguer ses bienfaits et sa chaleur, vous pourrez commencer à enlever les épaisseurs de mulch que vous aviez installées en automne et en hiver afin que votre sol commence à se réchauffer. Ensuite, grâce à votre planification potagère réfléchie en amont, vous allez savoir où semer ou planter tel ou tel légumes, vous pouvez donc anticiper les endroits où seront présents les légumes les plus « gourmands » en nutriments et donc y apporter « à manger » via du compost bien mûr déposé en surface ! Vous pouvez aussi pratiquer par endroit du compostage de surface en mettant directement au jardin vos épluchures et autres déchets de cuisine, cela aura l’avantage d’attirer les limaces sur ces appétissants déchets à décomposer plutôt que sur vos jeunes pousses d’asperges par exemple !

Mettez aussi à profit le temps que vous avez encore pour vous procurer ou fabriquer les différents accessoires dont vous aurez besoin pour conduire vos prochaines cultures. Pensez à valoriser notamment la dimension verticale : fabriquez des treilles, des arches, des tuteurs ou toutes autres structures verticales de votre choix pour vos haricots, vos pois, vos cucurbitacées ou autres grimpantes que vous souhaiterez accueillir au potager…

Enfin, même s’il fait encore froid dehors vous pourrez débuter vos premiers semis au chaud à l’intérieur (tomates, aubergines, piments, poivrons, courges, courgettes…) ce qui vous permettra de commencer la saison et donc les récoltes plus tôt !!

Bichonner vos outils

On dit souvent que « les bons outils font les bons ouvriers » et il est vrai que nous vous conseillerons plutôt d’acquérir des outils de qualité certes un peu plus chers au départ, mais tellement plus durables et efficaces dans le temps !!! Cependant, acheter de bons outils de jardin n’est pas suffisant, il faut aussi les entretenir et même carrément les bichonner pour prolonger leur durée de vie et leur efficacité. Pour commencer, en fin de saison de jardinage, comme normalement après chaque utilisation, vous devez avoir retiré la terre restée collée sur vos outils, mais peut-être vous êtes-vous arrêté à ça.

Alors l’hiver sera, là encore, une période idéale pour vous consacrer à un inventaire de vos outils, faire le point sur leur état général et procéder aux entretiens qui s’imposent :

  • Nettoyer au papier de verre très fin (pour ne pas rayer les surfaces) toutes les parties métalliques de vos outils pour en retirer la rouille qui se sera formée en surface.
  • Les aiguiser à l’aide d’une simple pierre à affûter pour les petits outils (sécateur, serpette…) ou une petite lime à fer pour le tranchant de votre pelle bêche et si le tranchant est très abîmé vous pouvez aussi utiliser une meuleuse à disque…
  • passer de l’huile de lin (ou autre huile végétale à votre disposition) sur toutes les parties métalliques préalablement nettoyées et affûtées, car cela empêchera la rouille de s’installer.
  • Huilez également tous les manches en bois (grelinette, fourche, pelle-bêche…) afin de les nourrir, les protéger de l’humidité et prolonger leur durée de vie
  • Si ce n’est pas déjà trop tard, au cas où vous l’auriez oublié, videz l’eau restée stagnante dans vos tuyaux d’arrosage, car le gel pourrait les faire exploser et les rendre inutilisables. Puis stockez-les enroulés pour former un ovale plutôt qu’un rond, car cela limitera, lors du déroulage, la formation de « pinces » (génératrice de fuites avec l’usure).

Puis rangez bien à l’abri des intempéries tous vos précieux matériels que vous serez bien contents de retrouver tous beaux tous propres au printemps prêts à être utilisés !!

Bonne préparation hivernale à tous !

Apprendre à jardiner de façon naturelle pour nourrir sa famille sans produits chimiques dans le respect du vivant.

« Le jardin Naturel »

Livre de Jean-Marie Lespinasse
224 pages, édité par Rouergue, dernière version sortie en 2013

Prix : environ 29 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Purin d'orties & Cie

« Purin d’orties & Cie »

Livre de Bernard Bertrand, Jean-paul Collaert, Eric Petiot

128 pages, édité par Terran Editions, dernière version sortie en 2012

Prix : environ 15,50 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Édité en 2016, retrouvez notre article sur ce livre en cliquant ici.

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Légumes vivaces pour un potager perpétuel »

Des légumes toute l’année, un potager productif, peu d’entretien

Livre de Xavier Mathias
120 pages, édité par Rustica en mars 2016, collection Conseils d'expert.

Prix : environ 24,90 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Unithèque

Etes-vous sûr d’avoir choisi le bon support de culture ?

Pour éviter les échecs, frustrations et pertes d’énergie inutiles, il est important d’avoir un support de culture réellement adapté à vos besoins, vos objectifs et votre contexte propre. Alors, avant de vous lancer au potager, mieux vaut être sûr d’avoir choisi le bon support. Pour cela, faites confiance à notre formation en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ». Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Choisissez votre support de culture idéal !

Vous souhaitez produire tout ou partie de votre alimentation en la cultivant vous-même ? Faire des buttes ne sera pas forcément une bonne idée dans votre cas. Trouvez le support de culture le plus adapté à votre contexte et vos objectifs de production grâce à notre formation vidéo en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ».

Mots clés

préparation, potager, hiver, jardinage, permaculture, entretien, plantes vivaces, pérennes, outils, jardin, aiguiser, affûter

#PreparationDuPotager #potager #jardinage #aFaireEnHiver #hiver #permaculture #PermacultureDesign #TravauxPotager #JardinPotager #PotagerPermaculture #JardinEcologique #JardinNaturel

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

A propos de l'auteur

PermacultureDesign

Cet article a été rédigé par l’équipe du bureau d’étude PermacultureDesign.

7 Commentaires

  1. Legros

    bonjour,
    je pensais qu’avec l’esprit permaculture, il ne serait pas fait de pub pour Amazon?
    Denis Legros

    Réponse
    • Christophe Curci

      Bonjour Denis,
      Vous avez dû manquer les 2 autres liens vers les autres librairies ;).
      Nous n’avons pas vocation à êtres des « censeurs » et donc ce n’est pas à nous de choisir ou d’imposer quoi que soit. Nous considérons que chaque personne est autonome et responsable de sa propre vie et de ses choix. Chacun à sa sensibilité, son parcours, ses curseurs, son état de conscience et d’avancement…

      Quand on ne met pas les liens Amazon, on nous les demande, et quand on les met, plusieurs personnes ne veulent pas les voir ;). On fait comment, on ne met plus rien ?

      Afin de satisfaire le plus grand nombre (ce est qui notre choix) nous avons par conséquent fait le choix de proposer 3 librairies très différentes avec trois profils différents (Petite, moyenne et grande), a vous de choisir celle qui vous correspond le mieux, ou de commander chez votre libraire local. De plus, de par cette diversité, cela vous permet également d’avoir accès à plusieurs avis d’acheteurs différents (et donc de point de vues), qui pourront vous confirmer que le livre consulté correspond bien, ou non, à vos attentes.

      Et je rajouterais pour clôturer ce faux débat de « c’est perma » et « ce n’est pas perma », que l’on pourrait considérer également internet et l’ordinateur avec lequel vous lisez ce commentaire, comme extrêmement dommageable pour la nature et donc antipermaculturelle, non ? Réflexion, que l’on pourrait appliquer également à quasiment tous les objets qui doivent vous entourer à ce moment précis…
      Donc, essayons d’être tolérant avec autrui… car personne n’est parfait et ne le sera jamais… chacun possède sa propre vérité, et laissons chaque personne opérer ses propres choient son ame et conscience.

      À bientôt 😉

      Réponse
    • marie

      Bonjour Denis,
      Amazon est pour moi très utile : je fais une copie d’écran des références du bouquin, bien détaillées sur leur site, et l’envoie par mail à mon libraire de quartier pour qu’il commande le bouquin 😉

      Réponse
  2. VeroG

    Il y a une chose que je n’arrive pas à comprendre : comment concilier rotation des cultures et plantes vivaces ?
    Moi, par exemple, j’avais un mélange de légumes dans un carré et les 2 fraisiers qui s’y trouvaient ont tout envahi. Est ce que vous préconiser de « déménager » d’une saison sur l’autre les vivaces???
    Merci

    Réponse
  3. carole

    je suis en plein questionnement pour mon jardin (2000m2 avec mare éphémère en amont) . nous avons emménagé en avril dernier et j’ai pu voir que le sols est ultra argileux. que puis je y faire durant l’hiver ?! j’ai lu « le jardin naturel  » mais il n’en dit rien de.cette terre très argileuse.
    merci d’avance !
    PS : je suis assez d’accord avec la personne précédente pour Amazone.

    Réponse
  4. Cote Cloture

    En effet se sont des bons réflexes qu’ils faut avoir ! Parfait cet article vu la période 🙂

    Réponse

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This