Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) en paillage

Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) en paillage

Qu’est-ce que le BRF ?

BRF est un acronyme qui signifie Bois Raméal Fragmenté. 

On le réalise avec du bois issus principalement de feuillus dont les plus recommandés sont le chêne, le frêne ou encore l’acacia.

Mais ce ne sont pas les seuls et nous vous expliquerons plus bas (Produire son BRF) les variantes possibles.

Le BRF est un paillage ou mulch très particulier dont la technique a été développée au Canada dans les années 70 et a connu un grand engouement vers 1990. Elle consiste à broyer de jeunes rameaux ligneux de feuillus comprenant des bourgeons et de la sève. Les branches utilisées ne feront en général pas plus de 5 à 7 cm de diamètre et proviendront de jeunes rameaux de l’année principalement voire de 2 ou 3 ans maximum. 

Le fait de fragmenter ses rameaux est issu d’études, réalisées notamment à l’Université de Laval, qui ont permis de se rendre compte que couper le bois en petits morceaux facilite le développement des champignons qui sont indispensables à la décomposition du bois.

Les champignons sont en effet les premiers à pouvoir casser la molécule de lignine du bois pour qu’elle devienne digestible ensuite à la faune du sol. Faune qui ne manquera pas de s’installer dans cet hôtel 4 étoiles avec garde-manger intégré ;).

En plus de la lignine, les jeunes rameaux regorgent d’acides aminées, de protéines, de minéraux et de cellulose, voilà de quoi nourrir tout le petit monde qui a élu domicile sous le broyat.

Le biotope créé va s’apparenter à celui d’un sol forestier autosuffisant et aura de nombreux avantages pour votre jardin en permaculture.

 

Les avantages du paillage au BRF

Le BRF stimule l’activité biologique du sol et favorise la biodiversité !

Exemple de microfaune peuplant un sol vivant : ici un symphyle, genre de petit mille-patte à gauche et un collembole à droite, tous deux contribuent à la transformation des matière organiques et au cycle des nutriments dans les sols. ©Marshal Hedin – CC BY 2.0

Exemple de microfaune peuplant un sol vivant : ici un symphyle, genre de petit mille-patte à gauche et un collembole à droite, tous deux contribuent à la transformation des matière organiques et au cycle des nutriments dans les sols. ©Marshal Hedin – CC BY 2.0

Le BRF par la diversité et la qualité de ses composants, constitue un abri et un garde-manger de choix pour de nombreuses formes de vie des plus grandes aux plus minuscules: insectes, petits mammifères, oiseaux mais aussi micro-organismes, bactéries et autres champignons. Répandu sur le sol du jardin en couche suffisante (environ 4 à 5 cm), il va donc attirer une biodiversité des plus riches et stimuler le réseau trophique* de votre écosystème, l’aidant à devenir plus complexe, plus varié et donc plus résilient !  Mais toute cette vie ne se contentera pas de profiter d’un « club med’ » au microcosme favorable, elle va jouer un rôle essentielle dans l’enrichissement du sol qui l’accueille. C’est le début du cercle vertueux de la fertilité !!

* Réseau trophique : ensemble de chaînes alimentaires interconnectées au sein d’un écosystème et par lesquelles circulent les matières et les énergies.

 

Le BRF favorise les mycorhizes !

Le BRF apporte une matière organique qui favorise le développement des champignons et par incidences ensuite l’apparition d’associations symbiotiques favorables entre les champignons dit mycorhiziens et les racines des plantes cultivées dans ce milieu. Une mycorhize est un partenariat gagnant/gagnant dans lesquels chaque partie prenante tire profit de son alliance avec l’autre : les champignons fournissent par exemple de l’eau ou autres nutriments manquants à la plante avec laquelle ils se sont associés via les racines en échange de quoi la plante fournit des sucres fabriqués par photosynthèse aux champignons !! Donc si vous voyez des champignons fleurirent dans votre BRF, ne craignez pas leur éventuelle toxicité pour nous les humains (n’allez pas jusqu’à les consommer quand même s’ils sont vraiment toxiques ;)) et réjouissez-vous car c’est une excellente nouvelle pour votre sol !!!

Filaments de mycélium qui forment la partie végétative des champignons et constituent des réseaux parfois très étendus à quelques cm sous la surface du sol dans lesquels circulent eau et nutriments divers.

Filaments de mycélium qui forment la partie végétative des champignons et constituent des réseaux parfois très étendus à quelques cm sous la surface du sol dans lesquels circulent eau et nutriments divers.

Le BRF augmente la fertilité du sol sur lequel il est installé !

La pédofaune et la pédoflore qui s’invitent dans le BRF vont bénéficier de conditions favorables pour faire leur travail de dégradation de la matière organique. Qui dit dégradation de la matière organique dit création d’humus à plus ou moins long terme qui est le meilleur moyen pour retrouver peu à peu un sol fertile sans avoir besoin d’y ajouter des engrais en tous genres !  Cette couche d’humus est riche en éléments minéraux directement assimilables par les plantes et possède un grand pouvoir de rétention de l’eau. Elle est la clé de la fertilité de votre sol et il faut la chérir. Dans les régions où la terre est très pauvre et sèche ou sur les sols très drainants, les résultats du paillage au BRF en termes de fertilité et création d’humus peuvent être spectaculaires.

 

Le BRF améliore la structure du sol et sa texture.

Comme c’est aussi le cas pour d’autres paillages comme la paille ou le foin par exemple, le travail de brassage réalisé par la pédofaune, tels que les vers de terre et les collemboles, va permettre, avec le temps, de décompacter les sols lourds ou tassés. Les galeries ainsi creusées par ces travailleurs infatigables faciliteront quant à elles la circulation de l’air et les infiltrations d’eau dans le sol.

 

Le BRF régule les besoins en eau

La couche de BRF installée sur un sol permet d’absorber l’humidité et de la restituer lentement. En période de sécheresse, le sol situé sous le paillage BRF reste humide plus longtemps.

L’humus généré par le BRF agit un peu comme une éponge, il limite les excès d’eau car il en absorbe plus qu’un sol moins humifère et réduit l’effet les lessivages et l’érosion du sol lors de grosses périodes de pluie.

Un paillis BRF efficace et adapté à votre contexte jardinier réduira l’évaporation de l’eau. Des enquêtes réalisées en Afrique ont montré que l’apport de BRF pouvait faire économiser jusqu’à 50% d’eau. Pour le jardinier français, cela signifie moins d’arrosage et une autonomie par rapport à cette ressource en eau si précieuse.

 

Pailler au BRF permet de réduire les déchets verts

En recyclant le produit de vos tailles, vous diminuerez votre empreinte et réduirez de façon drastique vos quantité de déchets verts, qui, en l’occurrence, se transformeront plutôt en copeaux d’or ! Vous appliquerez ainsi l’un des principes phare de permaculture qui est « Tout déchet est une ressource inexploitée ». La terre nous procure ses bienfaits et nous les lui rendons. Bien sûr, le BRF étant un type de paillage très spécifique comme expliqué en début d’article, vous ne pourrez pas y mettre tous vos déchets verts sans distinction, puisque pour le BRF, on utilise avant tout les jeunes rameaux vivants d’arbres caduques. Si vous n’avez que des haies de thuyas en déchets verts, on vous déconseille d’en faire du BRF, incorporez-en plutôt une partie (15 à 20 % maximum) dans votre compost 😉 !

Sur la ferme familiale Merci Nature près de Bordeaux, on ne regrette pas d’avoir investi dans un bon broyeur pour particulier car tous nos « déchets verts » sont bien vite transformés en super amendement pour le jardin !!

Sur la ferme familiale Merci Nature près de Bordeaux, on ne regrette pas d’avoir investi dans un bon broyeur pour particulier car tous nos « déchets verts » sont bien vite transformés en super amendement pour le jardin !!

Le BRF protéger des aléas climatiques

Une bonne couche de BRF en paillage joue aussi le rôle de régulateur thermique, il limite le dessèchement du sol par le soleil et le vent et réduit l’impact des variations de température et d’humidité. Il protège donc le sol des aléas climatiques !

 

Le BRF régule et aide à stabiliser le pH

En utilisant un BRF d’essences d’arbres caduques variés (donc sans résineux), le pH de votre sol pourra, sur le long terme tendre vers la neutralité du fait de la création d’humus dont le pH est neutre.

 

Les inconvénients et limites du BRF

Le BRF entraine une faim d’azote

C’est un des principaux inconvénients du paillis de BRF même si la faim d’azote sera moindre qu’avec des copeaux de bois secs. Cette faim d’azote a lieu en surface du sol, en début de dégradation car les bactéries et micro-organismes qui décomposent la matière organique carbonée prélèvent l’azote présent en surface du sol, sous sa forme minérale, pour l’utiliser comme « carburant » en quelque sorte dans leur processus de décomposition. L’azote prélevé n’est donc plus disponible en surface pour les jeunes plantes cultivées qui peuvent montrer des signes de carences comme le jaunissement du feuillage, des baisses de rendements les premiers mois après la mise en place du paillage de BRF ou encore des difficultés à croitre. Cependant, pas d’affolement outre mesure avec la faim d’azote, car elle ne se produit qu’en surface, cela ne dérangera donc pas les plantes vivaces déjà bien installées. Et pour ne pas en subir les effets au potager où cela peut poser problème, il suffit d’anticiper l’installation de son paillage de BRF pour que celui-ci soit déjà bien décomposé au moment où on devra y installer les jeunes et fragiles plants potagers ! (voir plus bas nos conseils pour l’installation du paillage de BRF).

 

Le BRF attire des ravageurs

Notre expérience nous a prouvé que certains ravageurs appréciaient tout particulièrement ce paillis chaud et humide. C’est le cas notamment des gastéropodes et des mulots. En zone rurale/forestière, les sangliers aiment parfois aussi, fourrer leur truffe dans le BRF pour y trouver notamment des champignons !

Le BRF mis en paillage autour des fraisiers abritent souvent de gourmands gastéropodes avec qui il faut savoir partager, car ils nous rendent bien d’autres services par ailleurs !

Le BRF mis en paillage autour des fraisiers abritent souvent de gourmands gastéropodes avec qui il faut savoir partager, car ils nous rendent bien d’autres services par ailleurs !

Le paillis de BRF réduit les semis spontanés

Surtout au début de la mise en place, en couche épaisse, du BRF, il va, comme tout paillage épais, bloquer la pousse de nombreuses plantes adventices, ce qui est certes un avantage mais, revers de la médaille, il bloquera aussi la pousse de nombreux semis spontanés de plantes annuelles qu’on apprécie fortement de voir renaitre d’une année sur l’autre comme par exemple celle de tomates cerises ou de salades, qui, comme la plupart de leurs voisines adventices, resteront bloquées sous cet épais paillage et ne verront pas le jour.

De la même manière, si le paillis de BRF est en place au moment où les semences arrivent à maturité, celles-ci auront bien du mal à traverser l’épaisse couche de broyat et ne pourront pas entrer en contact avec le sol pour se développer.

 

Le BRF augmente la présence de certains adventices

Si le BRF empêche la pousse de nombreuses adventices, la force de vie de certaines plantes sauvages est telle que même une couche épaisse de BRF ne les arrêtera pas. Ne croyez donc pas vous débarrasser si facilement de toutes vos « mauvaises herbes » ! Et certaines même pourront apprécier tout particulièrement cet apport et y proliférer ! Mais en les regardant d’un oeil permacole, cela peut être l’occasion d’observations remarquables pour améliorer vos connaissances sur ces plantes sauvages souvent classées trop vite comme indésirables alors qu’elles peuvent avoir de très nombreux bienfaits, pour la restauration de l’équilibre de votre sol mais aussi pour vous car beaucoup sont comestibles et très nutritives !!!

 

Comment utiliser le BRF en paillage ?

Tout d’abord, pour profiter au maximum des bienfaits du BRF, il est recommandé de broyer les rameaux rapidement après leur taille (de préférence dans les 72h) et de les mettre au sol en surface (sans l’incorporer) tout de suite après broyage.

Ensuite, c’est un paillis assez long à se dégrader (entre 3 à 6 mois voir plus selon les conditions climatiques) qui doit être installé de préférence en automne, hiver (période principale de sa fabrication) si on veut qu’il ait le temps de se décomposer et d’apporter ses nutriments au sol avant le réveil de printemps !

C’est avant tout un paillage servant à restaurer un sol dégradé (par des tassements, des labours, des produits chimiques…) ! Mais il ne doit pas être utilisé à la légère ni de façon trop régulière. On vous conseille plutôt de ne l’utiliser que tous les 3 à 5 ans en paillage épais pour les plantes vivaces telles que :

  • les arbres et arbustes fruitiers
  • les arbres de haies (vive, mellifère, brise-vent…)
  • les plantes ornementales
  • les légumes vivaces déjà bien installées (rhubarbe, artichaut, asperges…)
Petits arbustes fruitiers (groseilliers, cassissiers, framboisiers…) paillés généreusement au BRF.

Petits arbustes fruitiers (groseilliers, cassissiers, framboisiers…) paillés généreusement au BRF.

Le paillage de BRF au potager :

Dans ce domaine, les avis divergent. Pour notre part, on vous conseille vraiment de ne pas apporter régulièrement de BRF au potager, notamment si votre sol est déjà humifère, ça ne sera pas utile. Dans le cas spécifique du potager, on vous conseille plutôt de ne faire qu’un seul apport, une fois, sur une couche d’environ 4 cm (jusqu’à 8 cm si le sol est vraiment très très dégradé) en début /milieu d’automne et c’est tout ! Il aura ainsi bien commencé son processus de décomposition lorsque vous commencerez vos plantations printanières/estivales.

 

Où trouver du BRF ?

Produire son BRF

La production de BRF est accessible à tous avec un peu d’huile de coude. Mais elle requière de préférence un broyeur (vite rentabilisé quand on a un grand jardin!) ou à défaut une machette bien tranchante !

Entre novembre et mars (période de dormance des arbres feuillus), taillez les jeunes rameaux et fragmentez-les en tronçons entre 2 et 10 cm de long. 

Votre BRF est prêt à être mis au sol sans attendre !

À noter qu’il est possible d’ajouter quelques rameaux de persistants ou résineux à votre BRF. Une étude des professeurs Lemieux et Germain de l’Université de Laval au Québec a démontré qu’introduire moins de 20% de conifère type pin, sapin et épicéa dans un BRF ne pose aucun souci et donne même de très bons résultats…

 

Acheter ou se procurer du BRF

Si vous n’êtes pas en mesure de produire votre propre BRF, il est toute de même possible de se procurer ces fameux copeaux :

  • Chez les élagueurs
  • Chez les paysagistes
  • Auprès des services publics ou privés de recyclage de déchets verts

Les municipalités entretenant leurs espaces verts laissent parfois le BRF produit sur place à la disposition des citoyens. Renseignez-vous auprès de votre Mairie.

Le bois rameau fragmenté ou BRF est un paillage très spécifique et intéressant au jardin en permaculture pour régénérer le sol, sa fertilité et favoriser la vie du sol.

Vous pouvez aussi passer une petite annonce dans la feuille de chou communale. Si votre village ne compte pas beaucoup de permaculteurs avertis, vos voisins pourraient vous fournir en BRF de façon très conséquente et très rapidement.

 

Le coût ?

Si vous n’avez pas la chance de trouver une source de broyat gratuite, le prix du BRF acheté auprès d’un professionnel est d’environ 20 à 40 € pour 3 à 5 m³.

La quantité ?

En admettant que vous épandiez une couche de 5 cm d’épaisseur sur votre sol, le calcul sera facile :

Surface à couvrir en m2 X 0,05 =  volume en m3 de BRF nécessaire

Il ne vous reste alors qu’à faire le calcul pour savoir si cela vaut plus le coup d’acheter du BRF qu’un broyeur !

 

Une petite vidéo sympa sur l’utilisation du BRF en maraîchage :

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) vous connaissez ? »

« Pour une (agri)culture du vivant »

Livre de Jacky Dupéty
128 pages, édité par Éditions de Terran en 2007

Prix : environ 15,00 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre

Source documentaire :

Étude des professeurs Lemieux et Germain de l’Université de Laval au Québec : https://www.verdeterreprod.fr/wp-content/uploads/2019/05/LE-BOIS-RAMÉAL-FRAGMENTÉ-LA-CLÉ-DE-LA-FERTILITÉ-DURABLE-DU-SOL.pdf

Faites le design en permaculture de votre jardin !

Pour savoir où il vous sera le plus utile de relancer l’activité biologique du sol avec une bonne couverture de BRF, il faut savoir à quoi vont servir les différents espaces de votre terrain ! Pour y parvenir efficacement et mettre toutes les chances de réussite de votre côté, faites le design en permaculture de votre jardin grâce à notre formation en ligne dédiée !!

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

Mots clés
Famille permaculture, baissiere, permaculture pour les enfants, abondance, plantation, gestion de l’eau, formation, permaculture, design, permacultureDesign
#PermacultureDesign #Permaculture #Baissiere #GestionDeLEau #JardinEnPermaculture #PermacultureEnFamille #PermaculturePourLesEnfants

Sur le même thème

La haie fleurie au jardin

La haie fleurie au jardin

Nous sommes nombreux à souhaiter mettre en place une haie dans notre jardin, mais il existe plusieurs types de haies, selon l’usage que l’on veut en faire. Une haie n’est pas nécessairement figée, elle peut agrémenter le jardin par des floraisons variées : c’est ce...

Les écorces de pin en paillage

Les écorces de pin en paillage

Si vous avez lu notre article général sur le paillage, vous savez qu’un mulch organique adapté au contexte de votre jardin est bénéfique pour le sol et certains végétaux. L’offre de paillages, très grande, rend parfois difficile le choix d’une couverture appropriée à...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

PermacultureDesign

Cet article a été rédigé par l’équipe du bureau d’étude PermacultureDesign.

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.