Installation en maraichage : savoir garder la santé !

Installation en maraichage : savoir garder la santé !

Une des trois éthiques de permaculture est d’être attentif à l’humain. Or, pour pouvoir être attentif aux autres, il faut d’abord être soi-même bien dans son corps et dans sa tête ! Tout un programme, en définitive 😉

Nous laissons la parole aujourd’hui à Jérôme Boisneau, permaculteur maraîcher depuis plusieurs années, qui nous partage son expérience et ses astuces pour prendre soin de lui afin de pouvoir, ensuite, être attentif aux autres et pratiquer sans problèmes son activité de maraîchage en permaculture ;) !!  

L’expérience de Jérôme lors de son installation en tant que permaculteur maraîcher :

Lors de ma première année d’installation en maraîchage, si j’avais su prendre soin de moi, j’aurais gagné beaucoup. Beaucoup de temps, pas mal d’argent, et une bonne dose de bien-être. Je le savais pourtant, mais je ne l’ai pas fait. Pourquoi ? Que m’est-il arrivé ? Et qu’aurais je pu faire ?

Voici un condensé de ce qui pourra vous aider à économiser beaucoup tout en produisant plus et mieux.

Prendre soin de soi : un apprentissage par la douleur lors de mon installation en maraîchage

En 2009, suite à une reconversion professionnelle, je passe d’une activité de type « bureau-souris-clavier » à « maraîcher-bâtisseur ».

J’avais tenté de préparer mon corps à ce changement, mais sans doute pas assez. Et au cours de l’automne 2009, des douleurs aux articulations sont apparues. Mais « Je ne pouvais pas m’arrêter », car je « devais finir certains travaux avant l’hiver ». Alors j’ai ignoré ces douleurs et continué à bosser, en prenant ça pour un dépassement de soi. Les endomorphines (antidouleurs naturellement produits par le corps) m’aidaient bien. Et quand, enfin, les derniers travaux prévus ont été finis, je me suis posé et reposé. Mais c’était trop tard : les tendinites étaient là.

Après plusieurs erreurs commises lors de son installation en maraîchage, Jérôme, maraîcher en permaculture, dévoile ses méthodes pour prendre soin de lui au quotidien !

Illustration d’une tendinite du coude ou tennis elbow. © « Tennis elbow / golf elbow » by Injurymap.

Coudes, genoux et une cheville étaient touchés. C’était tellement intense que je ne pouvais plus marcher. Malgré le repos, les médecins de tout type, les anti-inflammatoires et tutti quanti, il m’a fallu 3 mois pour retrouver une marche sans douleur, et un an pour porter un arrosoir à une seule main !

10 ans après, les douleurs aux coudes se réveillent encore lors d’efforts répétés.

Les 2 ou 3 semaines gagnées à l’automne 2009 valaient-elles ces douleurs durables et ces mois de repos forcés ? Certainement pas.

Cet épisode m’a, en revanche, permis d’apprendre, et voici aujourd’hui comment je fais pour prendre soin de moi.

 

Apprendre à s’écouter même lorsqu’on démarre son projet de maraîchage en permaculture !

S’écouter n’est pas facile, surtout lorsqu’on démarre un projet, plein de l’énergie débordante propre à l’excitation des débuts. Aujourd’hui, pour y arriver, « je » le fais à deux, avec ma femme, 3 ou 4 fois par semaine. Après avoir couché les enfants, on prend 3 à 10 minutes pour discuter tranquillement de notre journée passée, et de celle(s) à venir. Et c’est là une très bonne occasion de s’écouter. En effet, on s’entend mieux en parlant à voix haute, et si malgré tout on ne s’écoute pas, alors l’autre entendra le message et pourra vous aider.

Ce moment est à la fois un moment d’écoute ET de recherche de solutions, qui évidemment doit se faire dans un cadre de bienveillance et de confiance mutuelle. En plus d’être bénéfique pour soi, ce rituel sera aussi très profitable au couple et à la famille ;).

 

Mes 8 clés pour prendre soin de moi — corps et esprit

Faut-il séparer le corps et l’esprit ? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils sont liés. Le bonheur et le bien-être apportent (ou conservent) la santé physique. Et vice-versa. Alors, prenons soin des deux !

Le chlorure de magnésium : un remède (presque) miracle !

Après plusieurs erreurs commises lors de son installation en maraîchage, Jérôme, maraîcher en permaculture, dévoile ses méthodes pour prendre soin de lui au quotidien !

Un ouvrage pratique très instructif pour savoir utiliser ce produit simple et très puissant !

Je trouve le chlorure de magnésium sous forme de nigari en magasin bio. J’ai tout appris sur le chlorure de magnésium dans ce petit livre de Marie-France Muller intitulé « Le chlorure de magnésium : Un remède miracle méconnu », et je l’utilise aujourd’hui de deux manières. En externe pour accélérer les cicatrisations. Sur les petites comme sur les grandes plaies, et c’est impressionnant. En gros, la chair et la peau repoussent plus vite, et la plaie se referme quasi sans croûte. En interne, pour booster le système immunitaire et diminuer les fatigues lors de périodes difficiles. Lisez ce livre et essayez.

 

La cure d’ortie ou comment vous faire du bien simplement !

En infusion, un litre par jour pendant 2 semaines me fait le plus grand bien. En général, je fais cette cure une fois au printemps, et une fois à l’automne. Chez moi, il n’y avait pas d’ortie : j’en ai planté rien que pour ça !

 

Apprendre à faire la sieste

J’ai appris ce grand art (que je maitrise encore mal) de s’endormir en quelques minutes pour seulement 10 à 15 minutes de sommeil, juste après le déjeuner. Ce temps passé à dormir est loin d’être perdu : mes après-midis sont ainsi plus efficaces tout en augmentant mon bien-être.

 

Veiller à préserver ses mains, outil premier du maraîcher en permaculture !

Après plusieurs erreurs commises lors de son installation en maraîchage, Jérôme, maraîcher en permaculture, dévoile ses méthodes pour prendre soin de lui au quotidien !

Une lame de couteau contre son pouce : un geste à bannir absolument, surtout en maraîchage où les mains sont très sollicitées ! ©Jérôme Boisneau

Très sollicitées par tous les métiers manuels, elles doivent être particulièrement soignées. D’abord en évitant les gestes blessants. Typiquement chez les maraîchers, le couteau provoque plein de microcoupures sur la pulpe du pouce à chaque fois qu’on y appuie la lame pour couper une ficelle, des racines, des fanes, etc. Or c’est un geste à bannir, parole de permaraicher expérimenté ! Avec un couteau très bien affuté, on n’a plus besoin de l’appui du pouce.

Enfin, il faut bien soigner et sans attendre, même les plus petites plaies, surtout au niveau des mains. J’applique une solution de Chlorure de magnésium, ainsi qu’une crème réparatrice. J’utilise principalement la crème aux plantes médicinales de chez Weleda contre les gerçures, peaux sèches et abimées, car elle est très efficace.

 

Se protéger du soleil au jardin

Alors que l’hiver, les bienfaits de ses rayons nous manquent, je profite des beaux jours de décembre et janvier pour travailler torse nu (30 à 40 minutes maximum). En revanche, d’avril à septembre, je porte des t-shirts à manches longues en permanence. C’est la meilleure protection solaire et la moins chère. Et j’ajoute l’indispensable chapeau et les lunettes quand le soleil brille encore plus.

 

Varier les activités de maraîchage régulièrement

Pour éviter les gestes répétés, source d’inflammation, je varie les activités (désherbage manuel, puis palissage des tomates, puis plantation de laitues…) et j’essaie de varier les gestes au sein d’une même activité : pour manipuler le fumier, la fourche peut être tenue main gauche en bas ou main droite en bas, et je passe souvent de l’une à l’autre position.

 

Un maraicher bien hydraté = un maraîcher efficace

L’hydratation est aussi importante qu’évidente, et pourtant elle est souvent négligée. Le plus facile pour y penser, est d’avoir, en permanence, une gourde avec soi. Car s’il faut marcher ne serait-ce que 200 mètres pour aller boire, alors… on ira plus tard, puis plus tard… Et on finit par se déshydrater, avoir des maux de tête voire pire, résultat : on n’est pas efficace dans son travail ! Et cela est évidemment valable pour toutes les activités, pas seulement en maraîchage. 😉

 

Ne pas oublier de célébrer en toute bonne occasion !!

Prendre soin du corps est important, prendre soin de l’esprit l’est tout autant ! Alors, à chaque fois qu’une bonne occasion se présente (fin de plantation des tomates, première récolte de fraises, record de vente sur le marché…), on en profite pour se faire un petit ou un grand plaisir. Ça peut être un simple apéro avec les enfants, un resto en amoureux, etc.

Il y a évidemment de nombreuses autres raisons de prendre soin de soi, et aussi de nombreux autres moyens.

Prendre soin de moi, c’est aussi prendre soin de ma famille. Avoir une famille épanouie, cela m’aide au quotidien dans mon jardin.

Alors, j’espère que cet article vous aidera à ne pas négliger cette partie essentielle de l’éthique de la permaculture « être attentif à l’humain », c’est-à-dire vous-même, car cela influera sur la réussite de votre installation en maraîchage bien plus qu’on ne le pense généralement.

Jérôme Boisneau

Jérôme Boisneau

Paysan maraîcher en permaculture depuis 2009, Jérôme BOISNEAU a gardé de sa formation d’ingénieur l’esprit de recherche et d’expérimentations. Il a créé en 5 ans une microferme résiliente et économiquement viable, et partage tout ça à la fois sur son blog www.permaraicher.com et dans des vidéos, conférences ou formations.

« Le chlorure de magnésium »

Un remède miracle méconnu

Marie-France Muller
95 pages, édité par Éditions Jouvence, 2018

Prix : environ 4,95 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque   |   Fnac

Pour une installation sereine de votre projet, faites-en le design complet en permaculture !!

Quel que soit votre projet en permaculture, installation maraichère ou autre, en faire le design complet sera incontournable pour vous éviter bien des efforts inutiles et économiser votre temps, votre énergie et votre argent ! Pour cela, laissez vous guider pas à pas par notre formation en ligne afin de réaliser votre design facilement !
Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus !

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

Mots clés
maraîchage, permaculture, installation, éthique, prendre soin, maraîcher, astuces, méthodes, santé, chlorure de magnésium, permaculture humaine, formation, permaculture, design, permacultureDesign
#PermacultureDesign #Permaculture #PrendreSoinDeSoi #EthiquesDePermaculture #InstallationEnMaraichage

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

Jérôme Boisneau

Paysan maraîcher en permaculture depuis 2009, Jérôme Boisneau a gardé de sa formation d'ingénieur l'esprit de recherche et d'expérimentations. Il a créé en 5 ans une micro-ferme résiliente et économiquement viable, et partage tout ça à la fois sur son blog www.permaraicher.com et dans des vidéos, conférences ou formations.

7 Commentaires

  1. gisèle Sylvestre

    Je confirme pour le chlorure de magnésium, merci de le rappeler, je fais régulièrement une cure, pris en interne dilué avec de l’eau pour toutes les douleurs rhumatismales.

    Réponse
  2. Anonyme

    OK MERCI MR BOISNEAU POUR TOUTES SES INFORMATIONS VRAIMENT CA ME VA DROIT AU CŒUR .MERCI INFINIMENT QUE DIEU VOUS COMBLE DE GRACE . ABIENTOT

    Réponse
  3. sylvie

    Oh que tout cela est vrai!
    Oh comme ce serait parfait de suivre les conseils de Jérôme 😉 …
    En tout cas merci à lui d’avoir pris le temps de nous les donner.
    J’ajouterai : utiliser votre brouette aussi souvent que possible au lieu de tout charrier à bout de bras,
    la brouette, c’est chouette!
    Bonne continuation à lui et bonnes récoltes à tous.

    Réponse
  4. Hervé

    Une sieste après le déjeuner? Mais, si on vient de passer une nuit à dormir, quel sens y a-t-il à faire une sieste en début de matinée, après le déjeuner? Je comprendrais mieux une sieste en début d’après-midi.

    Réponse
    • Jérôme Boisneau

      Bonjour Hervé,
      Déjeuner = repas du midi, donc sieste vers 13 ou 14 H, donc bien en début d’après-midi 🙂
      Jérôme BOISNEAU / Permaraicher

      Réponse
  5. Anonyme

    Je confirme ! Merci pour le partage …

    Réponse

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.