Le lierre grimpant, une plante rampante à croissance rapide

Le lierre grimpant, une plante rampante à croissance rapide

Parfois c’est dans l’ordinaire que se cache l’extraordinaire. Et c’est un peu le cas avec le ​lierre grimpant, ​Hedera helix.​ Cette​ plante rampante à croissance rapide ​qui pousse sans rien demander à personne et que l’on a tendance à dénigrer, est un vrai cadeau de la nature. Redécouvrez tout de suite ​le lierre​ sous un nouveau jour : on vous dit tout de ses super pouvoirs !

Hedera helix​ ​: une plante tropicale qui pousse dans les zones tempérées

Le lierre est une liane

Hedera helix ​ou lierre commun est une liane arbustive de la famille des Araliacées. En plus des lianes, cette famille de plantes tropicales réunit arbres, arbustes et plantes herbacées comme le ginseng. Le lierre fait donc un peu figure d’exception en étant présent dans les climats tempérés. Il s’y plaît aussi bien à l’ombre qu’au soleil, et dans n’importe quel type de sol. Plante vivace, il fait preuve d’une longévité impressionnante, puisqu’il peut vivre plusieurs siècles ! C’est énorme ! ​Lierre rampant​ ou lierre grimpant, on parle en réalité de la même plante qui se développe différemment en fonction de son support. Grâce à ses crampons, il peut s’accrocher n’importe où, d’où son nom scientifique ​Hedera, ​provenant du latin ​haerrere et qui signifie « attacher ».

Gros plan sur les crampons du lierre qui lui permettent de s’accrocher facilement quel que soit le support !

Gros plan sur les crampons du lierre qui lui permettent de s’accrocher facilement quel que soit le support !

 

Une floraison tardive

Le lierre​ se distingue par sa floraison en septembre-octobre, alors que la plupart des plantes à fleurs sont sur le déclin. Il développe des inflorescences, c’est-à-dire des groupes de petites fleurs portées par une même tige. Ces petites fleurs, disposées en forme de sphère, sont de couleur jaune-vert.

Elles donnent des fruits, des baies noires qui mûrissent entre mars et mai.

À gauche les inflorescences du lierre chargées de pollen. À droite, les baies mûres qui font le régal des oiseaux dès la fin de l’hiver.

À gauche les inflorescences du lierre chargées de pollen. À droite, les baies mûres qui font le régal des oiseaux dès la fin de l’hiver.

 

 

Deux formes de feuilles

On reconnaît le lierre à ses deux types de feuilles :

  • des feuilles de forme triangulaire de 3 à 5 pointes (les lobes), qui poussent sur des rameaux stériles ;
  • des feuilles de forme ovale, pointues à l’extrémité, qui poussent sur les rameaux donnant les fleurs, puis les fruits.
À gauche, les feuilles du lierre triangulaire à 3 ou 5 lobes. À droite, les feuilles plus ovales qu’on trouve à proximité des inflorescences.

À gauche, les feuilles du lierre triangulaire à 3 ou 5 lobes. À droite, les feuilles plus ovales qu’on trouve à proximité des inflorescences.

Son feuillage vert luisant est persistant, c’est-à-dire qu’il reste en place tout au long de l’année. Il offre ainsi une touche de couleur au jardin, même au cœur de l’hiver.

 

Ne pas confondre avec le lierre terrestre

Le lierre commun n’a rien à voir avec le lierre terrestre ​Glechoma hederacea​. ​Ces deux plantes ont beau avoir un nom semblable, elles ne se ressemblent pas du tout, et ne peuvent pas être confondues. Le lierre terrestre est une plante aromatique sauvage de la famille des lamiacées comme la menthe, le basilic, la sauge. Elle forme des tapis au sol, ses feuilles sont rondes, parfumées, et au printemps elle développe des tiges qui portent des petites fleurs violettes​.

Photo de lierre terrestre, Glechoma hederacea, qui ne ressemble pas du tout au lierre grimpant Hedera helix malgré le nom vernaculaire qu’ils ont en commun.

Photo de lierre terrestre, Glechoma hederacea, qui ne ressemble pas du tout au lierre grimpant Hedera helix malgré le nom vernaculaire qu’ils ont en commun.

 

 

Le lierre : une plante refuge pour la biodiversité

Un hôtel à insectes naturel

Le feuillage du lierre sert d’abri pour de nombreuses espèces :

  • Les papillons comme le citron, le paon du jour ou le vulcain y pondent leurs œufs, et leurs chenilles se nourrissent des feuillages.
  • Chez les oiseaux, les merles, grives, roitelets, troglodyte mignon ou encore la chouette hulotte y trouvent un environnement favorable pour nicher.
  • Quantité d’insectes hivernent dans son feuillage : chrysopes, syrphes, coccinelles.
À gauche, un papillon vulcain sur des feuilles de lierre rampant. À droite, un merle noir, encore juvénile dans un massif de lierre.

À gauche, un papillon vulcain sur des feuilles de lierre rampant. À droite, un merle noir, encore juvénile dans un massif de lierre.

Le lierre joue donc le rôle d’hôtel à insectes naturel, et trouve ainsi toute sa place dans un ​jardin en permaculture​.

 

Du nectar et du pollen pour les butineurs

Grâce à sa floraison tardive, le lierre fournit du nectar et du pollen aux insectes butineurs à un moment de l’année où la nourriture se raréfie. Il permet aux mouches, syrphes, ​abeilles​, guêpes, bourdons, papillons de compléter leurs réserves avant l’hiver.

Petite anecdote : une abeille, la collète du lierre, tire son nom de la plante, dont elle se nourrit quasi exclusivement.

Les abeilles comme de nombreux autres insectes pollinisateurs se régalent du pollen de lierre grimpant, plus que bienvenu en période automnale.

Les abeilles comme de nombreux autres insectes pollinisateurs se régalent du pollen de lierre grimpant, plus que bienvenu en période automnale.

De la nourriture pour les oiseaux

La beauté de l’histoire, c’est que le lierre produit des fruits mûrs en fin d’hiver. Encore une période de l’année où les ressources alimentaires sont limitées pour la faune. Cette nourriture est donc la bienvenue pour les oiseaux comme les mésanges, moineaux et geais qui s’en délectent.

 

Le lierre grimpant​ ​: une plante protectrice

Le lierre n’est pas un parasite

Contrairement aux idées reçues, le lierre n’est pas un parasite. Il n’aspire pas la sève des arbres. Pour se nourrir, il utilise ses propres racines bien ancrées au sol. Ses crampons lui permettent de s’accrocher à l’écorce des arbres qu’il utilise comme support pour aller capter la lumière, et réaliser sa photosynthèse.

De la même manière, il n’étouffe pas non plus les arbres. Il n’atteint jamais la canopée, ce qui permet aux arbres de continuer à faire leur propre photosynthèse.

Arbre dont le lierre a colonisée le tronc sans, pour autant, atteindre sa canopée, il n’y a donc pas de problème de concurrence pour la lumière et les deux plantes tirent profit l’une de l’autre ! Un vrai partenariat gagnant/gagnant.

Arbre dont le lierre a colonisée le tronc sans, pour autant, atteindre sa canopée, il n’y a donc pas de problème de concurrence pour la lumière et les deux plantes tirent profit l’une de l’autre ! Un vrai partenariat gagnant/gagnant.

Peut-être avez-vous déjà vu un lierre recouvrir un arbre lors d’une balade en forêt ? Cela arrive uniquement dans les cas où l’arbre est vieux ou malade.

Le lierre protège les arbres

Le lierre protège les arbres de plusieurs manières :

  • En formant une barrière thermique, il les isole et les protège des températures extrêmes, que ce soit le gel ou les fortes chaleurs de l’été.
  • En attirant quantité d’insectes, il héberge le ou les prédateurs capables de réguler d’éventuelles attaques de ravageurs.
  • En formant un couvre-sol à leur pied, il les aide à maintenir l’humidité dont ils ont besoin.

Donc si du lierre pousse sur vos arbres, pas d’inquiétude, c’est plutôt une bonne chose.

Lierre rampant au pied des arbres et formant un super couvre-sol protecteur !

Lierre rampant au pied des arbres et formant un super couvre-sol protecteur !

Le seul moment où vous devez prêter attention à son développement sera s’il pousse sur un jeune arbre ou sur un vieux fruitier. Il pourrait dans ce cas particulier prendre le dessus.

 

Le lierre protège les murs d’habitation

Autre idée reçue : le lierre abimerait les murs d’habitation. C’est peut-être vrai s’il pousse sur un mur déjà endommagé. Mais sur un mur en bon état, sa présence n’est que bénéfique.

  • Il constitue une protection contre les pluies qui érodent les joints et les pierres.
  • Il isole le mur, et exerce un rôle de régulateur thermique, protégeant des fortes chaleurs de l’été, ou du froid de l’hiver. Une aubaine, à l’heure où l’on cherche à réduire nos dépenses énergétiques.

Faire pousser du lierre sur les murs de sa maison est donc une solution naturelle et économique pour compléter son isolation thermique. Attention toutefois à limiter son développement pour qu’il n’atteigne pas la toiture ni les gouttières, car là il pourrait causer quelques dégâts.

Le lierre grimpant peut aussi renforcer l’isolation thermique des maison en plus de les embellir !

Le lierre grimpant peut aussi renforcer l’isolation thermique des maison en plus de les embellir !

 

Une plante dépolluante, médicinale et nettoyante

Une plante dépolluante

Le lierre est également une plante dépolluante. Il est connu notamment pour absorber le benzène dans l’atmosphère, causé par les réactions de combustions : tabac, moteurs, industries. C’est donc un atout santé, quand on sait que le benzène est responsable de certains cancers.

Le lierre​ ​: une plante médicinale

Le lierre n’est pas une plante comestible pour l’Homme. Elle est toxique. Mais elle était jadis utilisée en tant que plante médicinale pour soigner les problèmes de toux ou les douleurs. Elle donnerait également des résultats intéressants pour les soucis de peau – cors, cellulite – grâce à ses feuilles lobées utilisées en cataplasme.

Mais attention, ne jouez pas aux apprentis sorciers. Renseignez-vous auprès de personnes compétentes avant de tenter une quelconque utilisation.

Connaissez-vous la recette de la lessive au lierre​ ​?

Lessive au lierre en préparation : ultra simple, disponible gratuitement presque partout, efficace et écologique ! Pourquoi s’en priver !

Lessive au lierre en préparation : ultra simple, disponible gratuitement presque partout, efficace et écologique ! Pourquoi s’en priver !

Eh oui, le lierre a plus d’un tour dans son sac et nous surprend encore une fois. Contenant de la saponine à l’action moussante, il peut être utilisé comme nettoyant. Si vous êtes en panne de lessive ou que vous voulez faire des économies et réduire vos déchets, partez pour une petite séance de cueillette. 100 g de feuilles bouillies 15 minutes dans 1 L d’eau et macérées toute une nuit, vous donneront de quoi laver votre linge. À utiliser surtout pour le linge de couleurs, car cette lessive a tendance à faire griser les blancs.

 

Le lierre grimpant à croissance rapide​ ​: comment l’utiliser au jardin​ ​?

En couvre-sol au pied des arbres

Le lierre pousse vite. En tant que ​plante rampante,​ il est capable de recouvrir une grande surface en très peu de temps. Cette caractéristique fait de lui un excellent couvre-sol, notamment au pied des arbres où la lumière est faible, et où peu de plantes se plaisent.

Pour habiller les murs

On aime aussi l’utiliser dans les cours sombres des villes. C’est l’une des rares ​plantes grimpantes​ qui s’y développe sans difficulté, habille des murs souvent tristes, et apporte de la fraîcheur en été, tout en servant de corridor écologique.

Le lierre se prête aussi volontiers à une culture en bac : on peut le laisser retomber ou le faire courir sur un support pour plantes grimpantes.

Mur habillé de lierre grimpant qui, après être grimpé d’un côté, redescend de l’autre côté au fur et à mesure de sa croissance !

Mur habillé de lierre grimpant qui, après être grimpé d’un côté, redescend de l’autre côté au fur et à mesure de sa croissance !

En mélange avec d’autres variétés de lierre

Si vous trouvez qu’une ​haie de lierre grimpant sur un grillage​ est trop monotone, n’hésitez pas à jouer avec ses différentes variétés. Vous obtiendrez ainsi un tableau aux tonalités élégantes et subtiles : feuillages foncés, plus clairs, argentés et panachés.

En association avec d’autres plantes grimpantes

Vous pouvez également l’associer à d’autres plantes grimpantes à croissance rapide comme la clématite grimpante qui réveillera cet écran végétal de ses jolies fleurs printanières ou estivales. Vigne, passiflore, houblon ou encore glycine se marieront également à merveille avec le lierre. Attention de bien tenir compte des besoins d’exposition de ces plantes grimpantes, qui elles, préfèrent les situations ensoleillées.

Les clématites grimpantes, s’enroulant à leur support grâce à leurs vrilles, seront du plus bel effet associées à du lierre grimpant !

Les clématites grimpantes, s’enroulant à leur support grâce à leurs vrilles, seront du plus bel effet associées à du lierre grimpant !

 

Quand planter le lierre​ ​?

Pour installer le lierre chez vous, vous pouvez :

  • Soit faire des boutures : le lierre poussant spontanément dans beaucoup d’endroits, vous n’aurez pas de mal à en trouver.
  • Soit l’acheter en pot en pépinière. Vous aurez ainsi le choix des variétés, des feuillages.

Plantez-le au printemps ou à l’automne pour qu’il bénéficie des pluies de saison, et reprenne plus facilement.

Ce qu’il faut retenir sur le lierre

On ne vous a pas menti, le lierre est vraiment une plante extraordinaire. Plante grimpante au feuillage persistant, il est particulièrement apprécié en permaculture pour les nombreuses fonctions qu’il remplit :

  • refuge pour la biodiversité ;
  • couvre-sol ;
  • régulateur de température ;
  • esthétique ;
  • dépolluante ;
  • médicinale ;
  • nettoyante.
Maintenant que vous connaissez mieux le lierre et ses nombreux atouts, n’hésitez-plus à lui ouvrir la porte de votre jardin en permaculture ;) !

Maintenant que vous connaissez mieux le lierre et ses nombreux atouts, n’hésitez-plus à lui ouvrir la porte de votre jardin en permaculture 😉 !

 

Avoir du lierre près du potager, un atout de taille !

Comme on vient de le voir, le lierre est un véritable hôtel à insectes naturel qui favorise la biodiversité et donc la résilience dans les jardins en permaculture. C’est pourquoi, dans notre concept de potager-école pour apprendre à devenir un jardinier expérimenté, nous avons inclus le lierre dans la zone de biodiversité prévue à proximité des zones de cultures potagères ! Pour en savoir plus sur cette formation potagère en permaculture, cliquez sur le bouton ci-dessous !

Invitez la permaculture dans votre jardin

Si vous ne savez pas comment vous y prendre ni par où commencer pour faire votre potager en permaculture et tendre ainsi vers plus d'autonomie alimentaire, découvrez notre concept de potager-école avec un accompagnement pas à pas sur 3 ans pour faire de vous un jardinier en permaculture confiant et expérimenté !

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

PermacultureDesign

Cet article a été rédigé par l’équipe du bureau d’étude PermacultureDesign.

6 Commentaires

  1. Dominique

    Le lierre étant un excellent abri pour les insectes, je m’en suis débarrassé parce que, vivant dans une zone infestée de moustiques-tigres, ces derniers y pullulaient. Beaucoup moins de moustiques depuis cette opération Attila.
    Cordialement.

    Réponse
  2. Serge

    Attention le lierre est aussi un allergène puissant qui peut causer de graves demangeaisons avec des Inflamations qui se répandent sur le corps. J’ai vu le cas et il a été très difficile de réduire l’inflammation. Même au bout de 2 semaines.

    Réponse
  3. Karine

    Merci pour cet article sur le lierre grimpant… mais chez nous, au Canada, c’est surtout du lierre terrestre qu’on retrouve un peu partout. A-t-il les mêmes propriétés? Bonne continuité.

    Réponse
  4. Sylvie

    Merci pour ce bel article dithyrambique sur le lierre … Je suis plutôt d’accord même si je viens d’en enlever dans un coin de mon jardin où je veux des fleurs, après avoir hésité 5 ans … je regrette d’avoir tant attendu. Quel boulot pour s’en débarrasser … Alors oui pour le lierre à certains endroits (j’en ai énormément : sur des arbres, dans les haies, sur des murs, etc … Les oiseaux adorent et les rouges-gorges y nichent chaque année mais si vous êtes surs de ne pas en vouloir à certains endroits je vous conseille de les enlever avant qu’ils ne soient trop puissants !
    Pour compléter la lecture je conseille les numéros 106 et 107 de La hulotte, toujours formidables et hyper instructif.
    Vive le lierre un tout petit peu sélectionné 😉
    Bonne journée à tous,

    Réponse
    • biostormy liner

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre article sur la lessive entre autre. Pour éviter de griser le linge blanc, mettre une demi-petite cuillère de bicarbonate de sodium à la fin de votre solution.
      A mettre dans une bouteille en verre recyclée.

      Cordialement vôtre

      Réponse
  5. thierry

    j’aurais aimé avoir des informations sur les différentes variétés de lierre avec leurs prédilections quant à l’exposition (soleil, ombre, ) et éventuellement type de sol. Merci

    Réponse

Laisser un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.