Le chèvrefeuille comestible ou baie de mai

Le chèvrefeuille comestible ou baie de mai

Saviez-vous que le sol sibérien est capable de donner naissance à des arbustes qui feraient pâlir d’envie tous les jardiniers ? C’est le cas du Lonicera Kamtschatica, ce merveilleux chèvrefeuille aux baies bleues comestibles.

Attention

Permaculture Design décline toute responsabilité en cas d’usage autre qu’informatif de ces données. Il vous appartient de vérifier ces informations précisément.

Données sur le contexte de développement de la plante : elles décrivent un contexte considéré par nos sources ou notre expérience comme idéal pour le développement de celle-ci. Cela ne veut pas dire que dans d’autres contextes ces plantes ne pourront pas vivre. N’hésitez pas à tester chez vous, la nature nous réserve toujours des surprises 😉

Comestibilité : vérifiez toujours les informations avec des ouvrages spécialisés. De même, des plantes aux apparences similaires à celles que vous allez mettre en place peuvent arriver naturellement à côté de celles-ci (oiseaux, auxiliaires...), il convient donc d’être toujours vigilant et de ne pas les consommer si vous avez le moindre doute.

Fonctions écologiques du chèvrefeuille à baies de mai ou camérisier

Mellifère
Source de paillage : il pourra être utilisé sur le sol comme un tapis nutritif et une protection de la faune aérobie.
Supporte la culture en pot
Accueil de biodiversité : oiseaux, insectes pollinisateurs

Usages humains du chèvrefeuille à baies de mai ou camérisier

La structure arbustive du chèvrefeuille comestible permet d’accueillir une grande diversité d’animaux utiles au jardin : pollinisateurs, oiseaux, insectes.
Ornemental.

Comestibilité de la plante

Les baies allongées et de couleur bleue, recouverte de pruine (couche cireuse blanchâtre), qui apparaissent dès le mois de mai ont un goût acidulé un peu sucré, proche de la myrtille et de la mûre. Elles sont riches en vitamine B et C et font partie des premières baies que vous pourrez récolter au jardin. On peut les déguster nature, séchées ou en gelée. Elles peuvent aussi agrémenter une sauce, entrer dans la réalisation de pâtisseries, de boissons alcoolisées, de coulis, de glaces et de yogourts. Ces baies se marient très bien avec tous les produits laitiers.

Médicinal

Encore peu connues et peu utilisées dans nos contrées européennes, les camerises (nom des baies) ont pourtant une valeur antioxydante extrêmement élevée avec des quantités importantes d’anthocyanes, de polyphénols et de bioflavanoïdes. Elles sont un complément utile pour prévenir certaines maladies comme le diabète, le cancer, la progression des tumeurs et la survenue de maladies cardiovasculaires.

Les fruits contiennent également une grande quantité de potassium et du calcium, du phosphore, du magnésium et d’autres minéraux essentiels, ce qui en fait un aliment santé particulièrement intéressant et agréable à déguster.

Le saviez-vous ?

Au Japon, les baies du chèvrefeuille comestible sont connues depuis longtemps comme étant « le fruit de la longévité de la vie et le fruit de la vision ». Le buisson lui-même a une grande longévité, car on en trouve au Japon qui ont plus de 30 ans.

C’est le père Charles Plumier (1646-1704) qui nomma ce genre en hommage à Adam Lonicer, un médecin de Mayence qui publia différents ouvrages de botanique.

Exposition Soleil, mi-ombre
Texture de sol Sableux à argileux
Humidité du sol Humide
Besoin en matière organiques Normal
PH du sol Légèrement acide à neutre
Rusticité en ° L’arbuste peut résister jusqu’à -40° C, le fruit jusqu’à -10° C.
Largeur de 0,6 à 1,5 m
Hauteur de 1,5 à 2 m
Racine Il ne possède pas de racine pivot mais s’enracine de façon verticale avec tout un réseau désordonné de radicelles qui rendent le déracinement éventuel assez difficile.
Strate ​​Strate arbustive
Durée de vie ​Forêt secondaire
Croissance ​​Moyenne
Avis du designer Cet arbuste très rustique supportant bien la mi-ombre dans les régions chaudes et préférant le plein soleil dans les régions froides s’adaptera à toutes vos envies : seul, en ornement, au potager, en haies fruitières, au sein d’une guilde ou même en pot. Il fera merveille dans un jardin-forêt où il remplira diverses fonctions : attirer et accueillir des pollinisateurs, fournir du paillage et aussi permettre, très tôt dans la saison, d’obtenir une récolte savoureuse aux vertus médicinales à condition d’avoir planté au moins deux spécimens pour favoriser une meilleure pollinisation et fructification. La récolte pourra d’ailleurs être assez conséquente dès la deuxième ou troisième année d’installation, pouvant aller jusqu’à 6 kg de fruits par arbuste.
Cycle de reproduction Vivace
Type de feuillage Caduc
En savoir plus...

Besoins écologiques

Exposition

L’exposition correspond à la luminosité considérée comme la plus adéquate pour le développement optimal de la plante, ou de sa fructification.

Texture de sol

La texture de sol décrite ici correspond à celle considérée comme la plus adéquate pour le développement optimal du réseau racinaire de la plante. Pour connaitre la texture de votre sol, cliquez ici.

Humidité du sol

Les différents types d’humidité du sol qui ne limite pas le développement normal de la plante.

PH du sol

Le PH (potentiel hydrogène) de sol décrit ici correspond à la valeur considérée comme la plus adéquate pour le développement optimal du réseau racinaire.
Très acide : de 0 à 4
Acide : de 4 à 5,5
Légèrement acide : de 5,5 à 7
Neutre : 7
Légèrement basique : de 7 à 8,5
Basique : de 8,5 à 10
Très basique : de 10 à 14

Zone de rusticité

Température maximale exceptionnelle supportée par la plante.


Architecture

Les largeurs (diamètres) et les hauteurs des plantes indiquées sont celles atteintes à maturités (en mètres) sous nos contrées sans taille ou contrôle de la forme.


Design

Strates

Strate(s) de végétation à laquelle appartient selon nous cette plante pour la création d’un jardin-forêt. Pour en savoir plus sur les différentes strates, cliquez ici.

Durée de vie

Il s’agit de la durée de vie estimée du végétal. Pour facilité le choix nous l’avons classé en trois grandes catégories liées au cycle de la succession écologique.
Pionnier : moins de 15 ans
Forêt secondaire : entre 15 et 100 ans
Forêt primaire : 100 ans et plus

Croissance

La croissance correspond à la longueur de croissance d’un jeune pousse sur une année.
Très rapide : plus de 4 m/an
Rapide : au moins 2 m/an
Moyenne : entre 30 cm et 2 m/an
Lente:  moins de 0,3 m/an

Avis du designer

L’avis de notre bureau d’études sur cette plante.


Caractéristiques

Cycle de reproduction

Annuel : Les plantes annuelles sont des plantes dont le cycle de vie, (c’est à dire de la graine à la production de nouvelles graines) ne dure qu’une année.
Bisannuel : Les plantes bisannuelles sont des plantes dont le cycle de vie, (c’est à dire de la graine à la production de nouvelles graines) s’effectue en général sur 2 années.
Pérenne : Une plante pérenne, ou plante vivace est une plante pouvant vivre plusieurs années (herbacées ou arbres).

Feuillage

Caduc : Si une plante perd la totalité de ces feuilles dans l’année (généralement en automne) et le renouvelle ensuite (généralement au printemps), ont dit que la plante à un feuillage caduc.
Persistant : Si une plante garde son feuillage toute l’année, on parle de feuillage persistant
Semi-persistant : Lorsqu’une plante conserve une partie de son feuillage toute l’année, mais si les feuilles sont souvent remplacées à belle saison.

Nom botanique ​​Lonicera Caerulea Kamtschatika
Nom commun ​Chèvrefeuille comestible
Autres appellations ​​Camérisier, Baie de mai, chèvrefeuille à baies de miel, chèvrefeuille bleu
Nom anglais ​​honeyberry, Haskap berry, blue-berried honeysuckle, sweetberry honeysuckle
Famille ​​Caprifoliaceae
Genre ​​Lonicera
Le chèvrefeuille comestible est une plante issue de Russie, Sibérie et nord du Japon. Sa répartition géographique actuelle est assez large car il supporte des températures négatives importantes mais sait aussi s’acclimater à des températures plus douces. Du coup, il se retrouve dans les jardins de nombreux pays de l’hémisphère nord. Les principaux types d’habitats où on rencontre le chèvrefeuille comestible sont les croisements de chemins, les sous-bois.
Le chèvrefeuille comestible peut attraper de l’oïdium lorsqu’il subit le stress de la sécheresse. Pour éviter son développement, un bon paillis autour de la base lui garantira l’humidité nécessaire. Par contre, les fleurs peuvent résister à des températures pouvant aller jusqu’à -10°C et l’arbuste en lui-même est très rustique, supportant facilement des températures jusqu’à -40° C. L’arbuste peut attirer les pucerons (et attirera donc aussi les coccinelles 😉 ).
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
oui oui oui oui oui oui oui oui oui
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sép. Oct. Nov. Déc.
Fleurs Fleurs Fruits Fruits

Culture du chèvrefeuille à baies de mai ou camérisier

Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
oui oui
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
oui oui
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
oui oui oui oui oui oui oui
Propagation ​​Bouturage en été de tiges semi-ligneuses de l’année
Marcottage au printemps
Semis au printemps (difficile à réussir)
Conseils de plantation ​Planter hors épisodes de gel au printemps ou en automne.
Plantation en racines nues
Plantations de plantes en pots
Astuce du pépiniériste ​​Le semis de baie de mai peut se tenter au printemps mais il n’est pas facile à réussir, il nécessite notamment, en amont, une période de stratification des graines pendant au moins 4 mois. Cette stratification froide peut se faire en pot à l’extérieur dès l’automne en insérant les baies sèches entre des couches de sable humide (à maintenir humide et au frais) ou dans le bac à légume du frigo toujours dans du sable humide. Cependant, la multiplication par bouture est préférable car beaucoup plus facile : on prélèvera en été des tiges de l’année semi-ligneuses qu’on mettra en godets remplis de sable et de terreau et qu’on maintiendra légèrement humides jusqu’à plantation. Enfin, il est conseillé de planter au moins deux chèvrefeuilles comestibles, assez proches l’un de l’autre, afin de faciliter une pollinisation croisée et donc une bonne fructification de l’ensemble pour une abondance de délicieuses récoltes ;).

Où trouver cette plante ?

Chez votre pépiniériste local ou sur la jardinerie en ligne ci-dessous :

Plant de Lonicera kamtschatica en pot de 2 litres, hauteur livrée 30-40 cm : Willemse

Retrouvez d’autres fiches plantes classées par strates de végétation sur notre page :
« Choisissez vos plantes pour créer votre jardin-forêt »

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« La forêt-jardin »

Créer une forêt comestible en permaculture pour retrouver autonomie et abondance

Livre de Martin Crawford, préfacé par Rob Hopkins et Charles Hervé-Gruyer
352 pages, édité par Ulmer en 2017.

Prix : environ 35 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Ulmer  |  Fnac

Mots clés

chèvrefeuille comestible, baie de mai, chèvrefeuille à baies de miels, arbuste, strate arbustive, baie, camérisier, camerisier, camerises, récolte, anti-oxydant, vitamines C vitamines B, plante, formation, permaculture, design, permacultureDesign, jardin-forêt, agroforesterie, planter, besoins, caractéristiques, fleurs, fruits, architecture, reproduction, culture, usages, comestibilité, fonction, habitat, environnement, botanique, informations, écologie, taxonomie, propagation, multiplication
Lonicera Kamtschatica, plante, permaculture, chèvrefeuille comestible, baie de mai, chèvrefeuille à baies de miels, arbuste, strate arbustive, baie, camérisier, camerisier, camerises, récolte, anti-oxydant, vitamines C vitamines B, plante, formation, permaculture, design, permacultureDesign, jardin-forêt, agroforesterie, planter, besoins, caractéristiques, fleurs, fruits, architecture, reproduction, culture, usages, comestibilité, fonction, habitat, environnement, botanique, informations, écologie, taxonomie, propagation, multiplication

Sur le même thème

Créer collectivement un jardin-forêt en permaculture : épisode 2, les premières plantations

Comme je l’ai évoqué dans l’article consacré à la genèse de notre forêt-jardin ; en décembre 2016, nous avons alloué un budget à la forêt comestible pour l’année 2017. Avec une enveloppe de 2 100 euros, il ne restait plus qu’à s’y mettre pour de bon. Voici un aperçu...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

PermacultureDesign

Cet article a été rédigé par l’équipe du bureau d’étude PermacultureDesign.

2 Commentaires

  1. Blandine

    Bonjour, J’en ai planté 4 pieds il y a quelques années dans le nord est de la France, plante parfaite pour la région (mon sol est argileux un peu acide), terrain traité en forêt jardin, ils sont à mi ombre, commencent à donner de quoi grappiller, résistent au climat froid en hiver et chaud en été, donnent des baies excellentes quand on n’a encore rien dans la région… Je le conseille vivement. Besoin impératif d’ombre, donc évitez de désherber autour! Un pied planté dans un endroit plus dégagé (relatif, pas en terrain nu! des arbres et des framboisiers pas loin) reste chétif, je le déplacerai. Et je vais bouturer! Bonnes plantations et bonnes dégustations. J’ai eu un échec total avec les myrtilliers de variétés diverses, malgré l’acidité du sol (sans doute trop lourd), La baie de mai réussit parfaitement. J’ai aussi tenté l’aronie, moins goûteuse (mais superbe floraison); attention, ne pas confondre avec le camérisier sauvage, dont les baies sont rouges!!

    Réponse
  2. Merlot

    Non, il n’y en avait plus, mais je dois y retourner demain. T’es des news, de ton côté?

    Réponse

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This