Quel broyeur pour recycler les déchets verts de votre jardin en permaculture ?

Quel broyeur pour recycler les déchets verts de votre jardin en permaculture ?

Un broyeur est un appareil très utile en permaculture pour recycler les déchets verts, particulièrement abondants en périodes de taille. Il en réduit le volume et permet de transformer ces déchets en une formidable ressource très utile au jardin.

Le broyat en général et, lorsqu’il s’agit de rameaux de l’année, le BRF (Bois Raméal Fragmenté) constitue, en effet, une matière organique précieuse pour le compost et le mulch.

En couverture de sol autour des arbres, fruitiers et arbustes par exemple, le broyat de déchets végétaux qu’ils soient verts (et donc plutôt azotés) ou bruns (donc plutôt carbonés) nourrira et protégera votre sol; le BRF, lui, favorisera en plus le développement de mycélium (champignon) dont certains pourront ensuite entrer en symbiose avec les racines de végétaux environnants pour créer des mycorhizes (association symbiotique entre une plante et un champignon qui se rendent des services mutuels) très bénéfiques pour l’ensemble de votre écosystème cultivé !

Vous pouvez également en ajouter à votre compost pour l’enrichir.

Si les broyeurs manuels sont de plus en plus rares neufs, on en trouve encore d’occasion.

Par ailleurs, il existe aujourd’hui de nombreux appareils mécanisés, électriques ou thermiques, très efficaces.

Il faut cependant éviter les petits broyeurs d’entrée de gamme, certes moins chers, mais aussi souvent moins qualitatifs et moins durables, provoquant des bourrages à répétition ou n’acceptant que des diamètres de branches très petits, limitant alors grandement leur utilité au jardin.

On vous le concède, dans l’ensemble, les broyeurs sont assez chers à l’achat neuf, mais c’est un investissement qui peut être très vite rentabilisé : plus besoin de faire des aller-retour à la déchetterie pour vos déchets verts ;), recyclage des nutriments sur site, production de votre propre mulch* et matière pour le compost. De plus, vous pouvez vous regrouper à plusieurs pour en faire l’acquisition de façon collective, d’autant que leur utilité reste très saisonnière.

Une autre option très intéressante pour vos besoins ponctuels : la location.

Attention, les branches longues agitées par les broyeurs électriques notamment peuvent occasionner des mouvements imprévisibles entrainant des griffures ou blessures si l’utilisateur se trouve trop près des branches en cours de broyage.

La machette

Les broyeurs manuels type hache-paille

Outil écologique par excellence, puisqu’il ne demande que l’huile de coude du jardinier, le hache-paille est conçu sur le principe d’une roue faisant tourner plusieurs lames qui découpent les déchets verts mis en contact, comme on peut le voir dans la petite vidéo ci-dessous avec la confection d’un broyat d’ortie en vue de la réalisation d’une butte selon la technique de la lasagne. 😉

Notre conseil

On les trouve le plus souvent d’occasion. À la campagne, usez du bouche-à-oreille pour en chercher, ciblez plutôt l’agriculteur qui a une exploitation familiale depuis des générations ou fouinez dans les rassemblements agricoles ou les vide-greniers (qui, à la campagne, font aussi souvent vide-grange ;)) !

On peut en trouver des neufs, vendus en ligne, en provenance de Chine ou d’Inde, hélas, la qualité des matériaux de fabrication utilisés n’est pas toujours au rendez-vous.

Dernièrement, avec le développement de la permaculture, son usage revient au goût du jour et, à terme, il pourrait bien refaire son apparition un peu partout chez les fabricants d’outillages agricoles.

La Fabriculture, par exemple, qui a déjà développé la campagnole en collaboration avec la Ferme du Bec Hellouin, projette de se lancer en France dans la fabrication d’un hache-paille nouvelle génération avec plusieurs améliorations techniques. Une première série est d’ailleurs prévue en production pour ce mois d’avril 2019. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à les contacter à ce sujet !

Les avantages 

  • fonctionne sans énergie fossile ni électricité, juste à la force des bras et à l’huile de coude 😉
  • de fabrication robuste, gage de longévité
  • absence totale de nuisances sonores

Prix

À partir de 50 euros d’occasion, parfois moins si on s’adresse directement aux fermiers qui en ont encore un. Neuf, à partir de 250 euros, frais de port non compris.

La machette
La machette

Les broyeurs électriques

Il en existe de nombreux modèles, du plus silencieux au moins coûteux, le choix dépendra de la taille de votre jardin, de la taille du broyat souhaité et de la rapidité de la machine.

Il ne faut pas oublier toutefois que ces machines sont coupantes et donc potentiellement dangereuses. Pour plus de sécurité, munissez-vous toujours de gants adaptés et de lunettes de protection avant de vous lancer dans une session broyage. 😉

Parmi les divers modèles électriques, on distingue notamment :

  • Le broyeur à disque porte-lame : très rapide, il tourne à 2000 tours par minute ! Pour éviter les désagréables vibrations lors de la poussée des branches dans l’appareil, il faut s’équiper d’un poussoir. Ce type de machine produit un broyat très fin facilitant le travail des micro-organismes. Il est donc rapidement composté. Seul bémol : il ne possède pas d’inversion de rotation. En cas de bourrages répétés, vous devrez donc rabattre la goulotte à chaque fois pour le nettoyer.

© Bosch

  • Le broyeur à rotor : il tourne à 40 tours par minute, donc plus lent et plus silencieux que le précédent. Les branches sont écrasées contre une lame de décompression et il est possible de réduire des branches dont le diamètre est plus important. Il possède généralement un inverseur de rotation bien pratique en cas de bourrage : aucun démontage ne sera nécessaire pour enlever les résidus gênants. Mais l’introduction des branches par une trémie assez étroite limite parfois la forme des branches acceptées. Le broyât sera plus grossier qu’avec un disque porte-lame.

© Bosch

  • Le broyeur à turbine : conçu sur le même principe que celui à rotor, à ceci près qu’il sera particulièrement performant avec les branches d’arbres fruitiers, dont le bois est plus dur, ainsi que les branches à gros diamètre (peut aller jusqu’à des sections de 45 mm).

© Bosch

Notre conseil 

  • Choisissez un modèle avec une puissance minimale de 2200 W, avec goulotte démontable pour faciliter le rangement et équipé d’un inverseur du sens de rotation pour une meilleure gestion des bourrages.
  • Vérifiez que le modèle choisi comprend un poussoir, sinon, achetez-le en option pour plus de sécurité, car tous n’en sont pas équipés.
  • Préférez un modèle avec bac de récupération intégré qui sera bien pratique pour récupérer le broyat. Attention toutefois, sur certains modèles bas de gamme, à la sensibilité des capteurs au niveau du bac de récupération qui entraine le verrouillage de l’ensemble du broyeur lorsque celui-ci détecte que le bac de récupération est mal positionné. Cela peut vite être très « prise de tête ». Pour éviter cela, soyez attentifs aux avis d’utilisateurs qui ne manqueront pas de vous signaler ce type de problématique !

Prix

De 100 € à plus de 500 €.

Quelques modèles en lien ci-dessous (pour les avis utilisateurs)

Modèle à disque porte-lame pour les petits jardinsModèle pour jardin petit à moyenModèle à rotor pour jardin moyenModèle à turbine pour jardin moyen à grand

La machette
La machette

Les broyeurs thermiques

Ces appareils haut de gamme sont plutôt à destination des professionnels en raison des gros volumes qu’ils sont capables de traiter. Ils conviennent particulièrement aux grands vergers ou très grands jardins.

En raison de son prix et du caractère ponctuel de son utilisation, il vaut mieux prévoir de louer cette machine ponctuellement, selon vos besoins.

Les tarifs à l’achat dépendent de l’épaisseur des branches qu’ils sont capables de broyer et de leur puissance. Sur ce type de modèle professionnel, la robustesse est généralement au rendez-vous.

Notre conseil

  • Choisissez en fonction du diamètre des branches que vous avez à broyer et la quantité à broyer
  • La puissance élevée du moteur assurera une bonne stabilité à l’appareil
  • La vitesse de la rotation produira un broyat fin et rapidement composté.

Prix

Entre 500 et plus de 1000 euros.

Quelques modèles en lien ci-dessous (pour les avis utilisateurs)

Modèle pour branche de diamètre jusqu’à 45 mmModèle pour branche de diamètre jusqu’à 76 mmModèle pour branche de diamètre jusqu’à 102 mm

* Attention, nous déconseillons l’utilisation régulière et répétée de BRF seul en couche épaisse comme mulch au potager pour des raisons d’équilibre des nutriments dans les couches supérieures du sol et du phénomène de faim d’azote qui peut être très pénalisant pour la croissance de vos légumes. Au potager, le BRF seul en couche épaisse ne s’utilisera qu’une fois, à l’automne, lorsqu’il s’agit de démarrer un potager sur une nouvelle surface pour que celle-ci soit prête au printemps suivant, mais mieux vaut éviter d’en mettre tous les ans en grande quantité comme seul mulch dans un potager existant ! Il pourra cependant être ajouté avec parcimonie à votre mulch potager à partir du moment où il est en mélange avec d’autres matières organiques et notamment des matières vertes plutôt azotées comme des tontes de pelouses, des déchets de cuisine, des fientes de poules, des fumiers de vaches, de cheval… 😉 

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) vous connaissez ? »

« Pour une (agri)culture du vivant »

Livre de Jacky Dupéty
128 pages, édité par Éditions de Terran en 2007

Prix : environ 15,00 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre

Plantez votre abondance grâce aux guildes autour des arbres fruitiers !

Découvrez nos compositions végétales autours des arbres fruitiers pour une abondance de récoltes et une attraction importante de la biodiversité chez vous ! Le BRF et le broyat de déchets verts en général seront une excellente couverture de sol pour ces guildes. Pour en savoir plus sur les guildes, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Avec nos fiches techniques détaillées, démultipliez vos récoltes tout en favorisant la vie sous toutes ses formes grâce aux guildes autour des arbres fruitiers.

Mots clés

Broyeur, Déchets verts, Permaculture, taille, recycler, recyclage, broyer, broyat, compost, mulch, BRF, bois raméal fragmenté, hache-paille, manuel, électrique, thermique, machine, traditionnelle, gestion, couverture, sol, fruitier, vivant, outils, outillage, indispensable ,formation, permaculture, design, permacultureDesign

#PermacultureDesign #Permaculture #OutilsIndispensablesEnPermaculture #LesDifferentsBroyeurs #HachePaille #Mulch #Compost #BRF #SolVivant

Sur le même thème

Les différentes machettes et serpes

Les machettes (appelées aussi « coupe-coupe ») et les serpes sont des outils intéressants dans un jardin-potager-verger en permaculture ou dans une forêt comestible, car ce sont des outils peu chers, très robustes et que l’on peut trouver facilement fabriquer en...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

A propos de l'auteur

PermacultureDesign

Cet article a été rédigé par l’équipe du bureau d’étude PermacultureDesign.

6 Commentaires

  1. Christian Charles Makayat

    Toutes ces informations sont plus qu’ intéressantes. Un avis sans une connaissance de mon Contexte serait inapproprié.Dans deux Mois nous entrerons en Saison Sèche et serais sur les Lieux. Actuellement ce sont les Grandes Pluies… Merci

    Réponse
  2. sdelcourt

    Bonsoir,
    J’ai beaucoup de respect pour votre travail, mais là, je suis un peu irrité…Si la permaculture, c’est imiter la nature et limiter les intrants, alors laissez s’il vous plait les broyeurs dans les catalogues… Bruyants, polluants, dangereux… je ne suis pas sur que hérissons, rossignols et autres amis du jardin ne soient pas traumatisés par l’utilisation de ces outils au jardins ! Les branches coupées au sécateur, hachées à la hache font aussi bien l’affaire. Quand les branches tombent des arbres pour revenir à l’état d’humus, elle ne passent pas par le broyeur. Le processus est plus long, mais il a sans aucun doute une utilité et une fonction, en particulier celle d’éviter un apport massif de carbone sans azote…

    Les broyeurs, comme la plupart des machines qui encombrent nos abris de jardin, et les appareils dans nos cuisine sont le fruit du lobbying intense des vendeurs de motoculteur qui veulent nous faire croire que rien ne peut être fait sans machine… M%ais l’intérêt est surtout dans leur portefeuille… Je connais un jardinier (qui n’en a que le nom) qui ne peut rien faire sans utiliser 100 machines, nous casser les oreilles, faire de la fumée… tout en étant persuadé d’être le plus grand amis de la nature…

    Merci et bonne réflexion.

    Réponse
    • Benjamin B.

      Il ne faut pas être dogmatique…toutes les surfaces ne peuvent être traitées ou maintenues au sécateur et il faut parfois utiliser des outils qui nous facilitent le tâche. Je pense à ceux d’entre nous qui ont des propriétés plus importantes qu’un carré de jardin ou qui sont dans le domaine agricole. L’idée est bien sûr de le faire avec mesure et raison. Imiter la nature est un chose et le broyeur reste un accélérateur de succession écologique, il reste donc compatible avec une vision permaculturelle si celui-ci est bien utilisé. L’idée derrière cette réponse, c’est de comprendre que tout le monde n’agit pas à la même échelle et dans les mêmes contextes que le nôtre et de ne pas forcément vouloir faire appliquer notre vision du monde à tout un chacun, ce qui pourrait arriver à des résultats contre productifs. Mais de comprendre qu’il y a plusieurs solutions selon les échelles. Néanmoins votre commentaire a toute sa pertinence pour les petits jardins où le broyeur n’est pas forcément utile et personnellement, je n’en ai toujours pas à ce jour… Benjamin.

      Réponse
    • vialettes

      oui pas besoin je mélange le bois neuf avec du vieux qui apporte les insectes et les champignons pour la décomposition plus rapide et cela sert d’hôtel à insecte , un machette avec un billot suffit pour le plus gros , pour la paille on peut faire avec un grand massicot à papier , il doit rester une guillotine à la bastille pour les plus trad ! à plus bonne journée ,bon début de saison !

      Réponse
      • Ghis

        Avez vous essayé la machette et le billot pour broyer la quantité de matière organique nécessaire pour 5000m2 de culture ?? comme dit plus haut il faut parfois être pragramatique plus que dogmatique .

        La seule conession que je fais à cet article , ce sont les liens d’achat vers la plateforme de vente amazon ,( pas vraiment éco solidaire comme entreprise !! )

        Réponse
    • Anonyme

      Bonjour
      Je pense que vous vous éclairez toujours à la lampe à huile , de noix ou de noisettes, que vous effectuez vos déplacements pédibus jambus.
      hacher 1 mètre cube de tailles de haies à la machette, je vous invite à venir me donner un coup de main, je fourni le matériel.
      sans rancune, juste avec un petit sourire aux ultra écolo.
      Papygg

      Réponse

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.